ENVIRONNEMENT

Publié le 27 janvier 2021

Crédit vidéo : T. V&B

Source : http://trameverteetbleue.fr

Un ingénieur agronome dénonce: «L'agriculture n'est pas là pour nourrir les hommes, elle est là pour enrichir l'agro-industrie»

L'ingénieur agronome, Claude Bourguignon, était l'invité de l'Assises nationales de la biodiversité à Grande-Synthe en 2012.

«Comment on a fait pour tuer les sols ?»

Claude Bourguignon: «Alors, comment nous avons fait pour tuer nos sols ? On a violé ces lois fondamentales. C'est-à-dire que vous pouvez violer les lois humaines, si vous vous faites choper par la police, vous irez en taule mais ce n'est pas très grave pour l'ensemble de l'humanité. Mais quand on viole les lois universelles, les lois de la biologie, là, c'est très grave. Alors comment on a fait pour tuer les sols ? On a inventé deux armes de destruction massive des sols. D'abord, la charrue. Au début, les hommes, ils gratouillaient la terre avec les chevaux, ce n'était pas bien grave mais quand on a découvert le tracteur, vous savez, c'est Victor Hugo qui disait pour montrer la fascination des hommes devant les grosses machines : " Une immense force qui a abouti à une immense faiblesse, voilà ce qui fascine les hommes ". Les mecs ils bandent comme des fous devant un gros tracteur de 300 chevaux, ils n'en peuvent plus. Donc ils bousillent les sols en les retournant. Première erreur, ils mettent la matière organique au fond. Or, il se trouve que tous les champignons du monde sont aérobies. Il n'existe pas de champignon anaérobique sur terre. Tous les paysans qui ont eu l'occasion de planter un piquet dans le sol le savent, quand ils sortent le piquet, la pointe du piquet est intacte et le piquet est complètement rongé sur les premiers centimètres. Donc, quand vous mettez de la paille dans le sol, vous ne faites plus d'humus.»

«Qu'est-ce que font les engrais chimiques ?»

Claude Bourguignon: «C'est pour ça qu'on arrive à ce système très étonnant que les anciens faisaient à peu près 2 tonnes de paille en France en 1900, ils avaient 4 % de matière organique. Maintenant, nous faisons 5 à 6 tonnes de paille en France et nous n'avons plus que 1,6 % de matière organique sur l'ensemble du territoire. Nous avons divisé par deux notre matière organique alors qu'on a multiplié par deux les pailles. Pourquoi ? Parce que nous les enfouissons. Et à partir du moment où vous enfouissez, c'est fini. il n'y aura plus jamais d'humus. Heureusement d'ailleurs, pour la ville de Venise, qui repose sur des piliers de bois, ces piliers de bois sont sous l'eau en anaérobiose et aucun champignon ne peut les écrouler c'est pour cela que la ville est toujours là. Première erreur enfouissement de matières organiques. Et le nombre de gens que je vois mettre du compost avant de planter un arbre passent leur temps à faire cette erreur qui est une erreur fondamentale contre les lois universelles. Deuxième erreur ont apporte les engrais chimiques. Qu'est-ce que font les engrais chimiques ? Ils stimulent les bactéries, alors les bactéries, elles sont minéralisatrices, elles ne le font pas d'humus. Elles minéralisent. Et les bactéries, elles se multiplient 20 fois plus vite que les champignons. Donc, qu'est-ce qu'il se passe quand vous mettez les engrais chimiques ? Vous accélérez la minéralisation de la matière organique.»

«C'est reconnaître que la propagande des multinationales»

Claude Bourguignon: «Quand la matière organique tombe trop bas, la faune disparaît puisqu'elle se nourrit de cette matière organique. Un pays comme la France, nous sommes passés de 2 tonnes de vers de terre en 1950 à l'hectare à moins de 100 kilos. Qu'est-ce qu'il se passe quand il n'y a plus de vers de terre ? Et bien les vers de terre, je vous ai expliqué qu'ils remontaient tous les jours de la terre. Ils remontent de la potasse, du phosphore, de la magnésie, du calcium. Plus de remonter par les vers de terre, les éléments vont descendre. Pollution des nappes, pollution des rivières. Vous rentrez dans ce qu'on appelle, après cette dégradation biologique des sols, vous rentrez dans ce qu'on appelle la dégradation chimique. Votre terre va perdre ses éléments nutritifs. Vous allez envoyer de l'azote dans les nappes, vous allez envoyer du phosphore dans les rivières, etc. Vous appauvrissez vos sols. Or, il se trouve que lorsque le taux de matière organique est tombé trop bas et que vous avez minéralisé des ions fondamentaux qui attachent argiles et humus comme le fer, le calcium, etc. et bien l'argile n'est plus attachée. L'argile s'en va. Les rivières se chargent de boue dès qu'il pleut. C'est la dernière mort physique des sols. Votre sol part à la mer. Qu'est-ce que cela veut dire pouvoir faire une agriculture durable ? C'est reconnaître que la propagande des multinationales, et de la propagande ne naît pas de la science, il va falloir remettre de la science dans l'agriculture.»

«Des sociétés comme Monsanto, Novartis et compagnie qui sont des assassins»

Claude Bourguignon: «Or, l'agriculture n'a plus de science depuis 50 ans, elle n'a que de la technique. Elle n'a que des produits chimiques, elle n'a que des grosses machines, c'est-à-dire qu'elle fait tourner le business agro-industriel. Mais cette agriculture n'est pas là pour nourrir les hommes. Elle est là pour enrichir l'agro-industrie. Or, le problème qu'on a maintenant avec 7 milliards d'individus, c'est qu'il va bien falloir se décider à nourrir les hommes. Et nous avons maintenant un milliard d'hommes qui souffrent de la famine. Donc, la révolution verte c'est un échec total. Le problème, c'est que cette société qui est obsédée par le profit ne veut pas reconnaître ses torts. Elle ne veut pas reconnaître que la révolution verte est responsable de la famine d'un milliard de personnes, c'est-à-dire autant d'habitants qu'il y avait en 1800 sur cette planète. Donc, il va falloir changer complètement notre agriculture. Il va falloir, à mon avis, dissoudre des sociétés comme Monsanto, Novartis et compagnie qui sont des assassins. Il va falloir qu'on crée une espèce de justice internationale pour crimes contre la vie. Ce sont des criminels contre la vie ces gens-là. L'activité biologique des sols que je mesure, elle ne cesse de baisser depuis que je la mesure. Je la mesure depuis 89 elle est en baisse constante. Et quand je compare avec les chiffres du début de 1900, nous avons perdu à peu près 90 % de notre activité biologique et en particulier les grands disparus ce sont les champignons. Les champignons ont complètement disparu avec les engrais chimiques. Or, ce sont eux qui font les humus.»

«Il va bien falloir qu'on mette de la science et qu'on arrête d'inventer des modèles artificiels»

Claude Bourguignon: «Et depuis qu'il n'y a plus de champignons, vraiment, les sols vont très, très mal et c'est pour ça tout à l'heure, vous parliez du BRF. Pourquoi le BRF a un effet tellement spectaculaire sur la relance de la vie des sols ? C'est que vous apportez de la lignine. Si vous redonnez cette substance que seuls les champignons sont capables d'attaquer et vous remonter le C / N. Vous remontez le rapport carbone azote. L'Agriculture, elle n'a pas besoin d'azote, elle a besoin de carbone. C'est ça que les agronomes n'ont toujours pas compris, comme les agronomes ignorent tout de la vie des sols. La chaire de microbiologie des sols, l'agro a été fermée en 86. Là, vous avez devant vous un fossile vivant. Des microbiologies des sols, on n'en fabrique plus en France. 150 agro qui sortent de la boîte, ils ne connaissent rien des cycles microbiens. C'est quand même hallucinant. Ils ne savent pas distinguer un basidiomycètes d'une bactérie d'un actinomycète. Ils ne savent pas que les rôles sont complètement différents. Donc, si on veut remettre de la vie dans les sols, il va bien falloir qu'on mette de la science et qu'on arrête d'inventer des modèles artificiels type révolution verte, de donner le prix Nobel à un mec qui a ruiné 300 millions d'hectares de sols avec sa révolution verte, c'est pas ça le but. Le but c'est de remettre de la science pour qu'on puisse à nouveau regarder les sols comme ils sont, parce que le grand livre, c'est la nature. Ce n'est pas derrière un ordinateur qu'on découvre le fonctionnement d'un sol. C'est en faisant des trous avec Lydia, on en a fait plus de 12.000 à travers la planète. Depuis l'Altiplano des Andes, en passant par les sols norvégien et les sols d'Amérique et de Bornéo. Les sols ont sait comment c'est parce qu'on en ouvre et qu'on regarde la faune, on regarde les racines mais ce n'est plus ce que font les agronomes. Voilà, je vais essayer de raccourcir. Je vous remercie pour votre attention.»



Partager cette page