POLITIQUE

Publié le 14 octobre 2021

Crédit vidéo : RT France

Source : https://francais.rt.com/

Agacé, Alexis Poulin balance: «On va quitter les rives de la démocratie pour de bon»

Alexis Poulin intervenait lors du journal de RT France ce mercredi 13 octobre 2021.

«On met entre parenthèses la démocratie, volontairement»

Alexis Poulin: «Je crois qu'on peut dire aujourd'hui que ce gouvernement est dangereux pour la démocratie. Il l'a prouvé maintes fois, que ce soit dans la gestion calamiteuse des manifestations des gilets jaunes avec une violence d'État qui n'avait jamais été atteinte jusqu'à présent, au moins au 21ème siècle. Et puis là, on le voit avec cette façon de gérer cette crise en état d'urgence sanitaire permanent, c'est-à-dire qu'on met entre parenthèses la démocratie, volontairement, avec en plus des contre pouvoirs qui sont soit méprisés, soit qui s'allongent devant le gouvernement. Le Conseil d'Etat et le Conseil constitutionnel qui ne trouvent rien à redire et de dire que finalement, c'est normal que le président décide de tout seul en conseil de défense, sous le sceau du secret défense, sans consulter les représentants du peuple, en ayant une politique sanitaire qui n'a plus rien de sanitaire.»

«On demande aux Français de se contrôler les uns les autres»

Alexis Poulin: «Parce qu'il faut dire aujourd'hui, si le passe sanitaire avait une raison d'être, c'était pour vacciner les Français. C'est fait. On a atteint un taux de vaccination, un des plus forts d'Europe. Pour ce qui est du taux d'incidence, il est le plus bas qu'on ait jamais connu ces derniers mois. Et là, on nous dit : " Non, mais on ne sait jamais, on pourrait avoir une flambée épidémique. " Et je me rappelle des médecins de plateaux qui nous disaient en août qu'à la rentrée, avec l'ouverture des écoles, on aurait sans doute une flambée. Il n'y en a pas eu. Donc, pourquoi on continue avec ce passe sanitaire ? Pourquoi on a là des amendes de 75.000 euros et des peines de prison de 5 ans, alors que monsieur Benalla, qui a utilisé des passeports diplomatiques et qui a menti devant une commission d'enquête parlementaire, lui a eu 500 euros d'amende ? On est où ? On n'est plus en France ? Clairement, on n'est plus en démocratie française, on n'est plus en République française. La liberté, elle n'est plus là. L'égalité, elle n'est plus là. Entre vaccinés et non-vaccinés, ceux qui ont le passe et ceux qui ne l'ont pas. Et la fraternité, n'en parlons pas. Puisque là, on demande aux Français de se contrôler les uns les autres et ça devrait devenir quelque chose de normal.»

«Ce passe sanitaire ne doit surtout pas entrer dans les mœurs»

Alexis Poulin: «Non ! On doit refuser cet état de fait, on doit refuser de vivre en état d'urgence permanent. Et je trouve aujourd'hui que les oppositions sont inexistantes, très molles, pour ne pas dire volatiles. Et ce président qui se permet tout alors que, je suis désolé, ce n'est pas ça la France. Ce n'est pas ça la démocratie. Et cette gestion sanitaire, il faut le dire et le redire, elle n'a plus rien de sanitaire. Preuve en est quand on voit les chiffres. Ce passe sanitaire ne doit surtout pas entrer dans les mœurs, bien au contraire. Ça voudrait dire qu'on quitte clairement la démocratie libérale. On est en train d'entrer dans un régime où les mouvements sont contrôlés, où l'autorité d'aller dans un lieu ou un autre est contrôlé. Rappelez-vous les paroles du président de la République qui disait : " Jamais le passe sanitaire ne serait utilisé pour les activités du quotidien. " Maintenant, on en est à : " Le sanitaire, c'est jusqu'en juillet 2022. " Et ça passe normalement comme si c'était normal. Non, surtout pas, c'est s'habituer à ce genre de mesures liberticides qui font qu'on va quitter les rives de la démocratie pour de bon.»



Partager cette page