POLITIQUE

Publié le 17 mars 2021

Crédit vidéo : LCI

Source : https://lci.fr/

«Avant la Covid les réanimations étaient déjà saturées... et personne n'en a parlé» Dr Kierzek

Le docteur Gérald Kierzek était l'invité de l'émission «Brunet Direct» diffusée ce lundi 15 mars 2021 sur la chaine d'information LCI.

«Finalement les réanimations étaient saturées en 2017, 2018, 2019?»

Eric Brunet: «Regardez ce petit croquis que je vous ai préparé. Vous voyez, ça ce sont les réanimations. Gérald Kierzek commentez-le on voit les réanimations, ces trois couleurs, ce sont les années ?!» Dr Gérald Kierzek: «En bleu : 2019, en orange : 2018 et en gris : 2017. C'est le niveau de saturation des services de réanimation. Ça a été fait par les équipes d'épidémiologies de Martin Blachier, notamment. Et on voit bien que chaque année avant le coronavirus, 2017 ça commençait, c'était saturé. On était au-delà de cette fameuse barre des 4.000. Vous savez, on a dit quand on est au-dessus de 4000, attention, on est en écarlate.» Eric Brunet: «Atttendez, l'affaire est grave. Donc, vous êtes en train de me dire, et Blachier, quand il fait ses études, nous dit, que finalement les réanimations étaient saturées en 2017, les réanimations étaient saturées en 2018, les réanimations étaient saturées en 2019 !»

«L'histoire des 85.000 morts, l'épouvantail qu'on brandit»

Dr Gérald Kierzek: «Oui, et l'espérance de vie a reculé. Je crois que c'est 2015, quand il y a eu une épidémie de grippe, l'espérance de vie a reculé en France et personne n'en a parlé. Et si on dénombrait le nombre de morts à cause de la grippe, comme on dénombre actuellement de manière sur-exhaustive avec le Covid, à mon avis, on serait à des chiffres faramineux. On nous dit qu'il y a 15.000 morts de la grippe, là on est à 85.000 du Covid. Non! On est à beaucoup plus que 15.000 morts de la grippe chaque année. Avec des réanimations qui sont pleines, avec des choix qui sont faits, mais ce sont des choix dans l'éthique et dans la conscience du médecin. On fait tous les jours ces choix là. Et l'histoire des 85.000 morts, l'épouvantail qu'on brandit. Pardon, Il faut arrêter! Déjà, au 1er janvier, il faut remettre un peu les compteurs à zéro, parce qu'au 1er janvier, chaque année, on dit les AVC ils démarrent à partir du 1er janvier. Et bien c'est pareil pour le Covid.»

«Ça veut dire, accepter les morts en dehors du Covid»

François de Closets: «En vous écoutant, je me dis que le confinement, c'est totalement inutile jusqu'à ce que devienne indispensable. C'est-à-dire qu'effectivement, on ne comprend pas pourquoi il n'y ait que cette solution. Et quand j'entends dire : " Oui, si on ne fait pas le confinement, on va être obligé de choisir ". Et en même temps, on dit : " Ah bah oui, mais là, pour ne pas saturer les services de réanimation on dit : " Et bien ce que l'on fait c'est que l'on choisit les malades. " Attendez, vous pensez qu'aujourd'hui de décider que l'on ne va pas faire une opération sur un cancer, que l'on ne va pas faire une opération sur un anévrisme, vous pensez que ce n'est pas aussi grave, sinon plus grave, que de dire : " Je suis désolé, ce malade du Covid je ne peux pas l'accueillir ". Donc, on se fiche du monde en disant que l'on ne peut pas imaginer une médecine qui choisirait les malades qu'elle passe en priorité. Mais la médecine, elle le fait tous les jours et c'est très exactement ce que l'on demande à notre médecine de faire en lui disant : " Écoutez, réduisez les opérations qui ne sont pas Covid. " Ça veut dire, accepter les morts en dehors du Covid, non ? Je me trompe ?» Dr Gérald Kierzek: «Et qui sont réels et qui ne sont pas des projections sur des modélisations mathématiques de patients potentiels.»



Partager cette page