POLITIQUE

Publié le 20 mars 2021

Crédit vidéo : QG

Source : https://qg.media/

Cette députée se lâche: «Le gouvernement déroule une stratégie liberticide»

La députée Martine Wonner était l'invitée de l'émission «Pas de Quartier» diffusée sur la web-tv QG ce jeudi 18 mars 2021.

«Nous ne sommes plus dans une véritable démocratie»

Martine Wonner: «Depuis un an maintenant, nous ne sommes plus dans une véritable démocratie. Depuis que les parlementaires ont voté très largement puisque le fait majoritaire à l'Assemblée nationale fait que toutes les lois voulues par l'exécutif actuel passent. Et cet état d'urgence sanitaire qui était compréhensible, peut être, et mon collègue Rufin l'a très justement dit, c'est-à-dire qu'au moment où cette épidémie arrive, cette pandémie, on ne savait pas très bien qu'elle allait être le taux de létalité réel. Donc, cet état d'urgence sanitaire qui est voté le 23 mars alors que déjà, depuis quelques jours, la France est totalement confinée de façon illégale. L'État d'urgence sanitaire, avec des mesures très, très strictes, permet au gouvernement, en effet, de dérouler toute une stratégie qui est essentiellement liberticide, alors qu'on aurait pu attendre et que les Français auraient pu comprendre, surtout, qu'on leur propose un accès aux soins à la hauteur des besoins. Et surtout, quels que soient les territoires et quelle que soit la gravité des troubles.»

«Nous faisons ce bilan des un an et ce bilan des un an est catastrophique»

Martine Wonner: «Or, nous sommes à un an, aujourd'hui, si nous sommes réunis ce soir, c'est que nous faisons ce bilan des un an et ce bilan des un an est catastrophique puisque aucune leçon n'a été retenue. D'autres pays ont fait des choses différentes, d'autres pays ont nettement mieux réussi que nous, si on prend simplement ce chiffre terrible du nombre de décès par 100.000 habitants et pour revenir à votre question d'origine, au contraire le gouvernement s'enfonce de plus en plus dans une stratégie qui est totalement incompréhensible, qui ressemble complètement à une fuite en avant. Non seulement il n'y a jamais eu ce temps démocratique à l'Assemblée nationale, nous avons toujours subi nos parlementaires, des décisions très descendantes de la part de l'exécutif, mais des appareils ont été rajoutés. C'est la première fois que le conseil des ministres, au fond, est mis de côté pour un conseil de défense qui n'est absolument pas le reflet d'une démocratie vivante et équilibrée. Les citoyens qui nous contactent quotidiennement n'ont plus confiance dans ce gouvernement, n'ont absolument pas confiance parce que tout est extrêmement descendant, sans aucune cohérence. Et la cohérence ne s'est absolument pas améliorée depuis un an. On a vu à quel point ce gouvernement s'était vraiment pris les pieds dans le tapis, les masques, pas les masques, pas les protections, etc. Mais un an plus tard, ce qui est absolument terrible et je valide tout ce qu'a dit mon confrère urgentiste tout à l'heure. Ça fait depuis 25 ans qu'on a réduit toutes les capacités. On a diminué de 60.000 lits les capacités d'accueil à l'hôpital. Ça, c'est une chose qui est très grave.»



Partager cette page