POLITIQUE

Publié le 30 septembre 2021

Crédit vidéo : RT France

Source : https://francais.rt.com/

Le passe jusqu'à l'été ? Alexis Poulin choqué: «On a mis la démocratie en pause dans ce pays»

Alexis Poulin intervenait dans le journal de RT France ce mercredi 29 septembre 2021 au sujet de l'annonce de Gabriel Attal.

«Aucune démocratie fonctionnelle n'utilise cet outil sur cette durée là»

Sophie Normand-Couturier: «Est-ce qu'au plan sanitaire, cette décision vous semble justifiée ?» Alexis Poulin: «Aucunement, non, mais ça fait longtemps que cette gestion de crise n'a rien de sanitaire. Rappelez-vous, il y a quelques mois, Olivier Véran disait qu'il était hors de question d'avoir un passe sanitaire pour les activités du quotidien. Puis ce passe sanitaire ne devait pas être prolongé au-delà du 15 novembre. Et voilà un porte-parole disant que le gouvernement demande au Conseil d'Etat de prolonger ce passe jusqu'à l'été 2022 parce que le Parlement ne va pas siéger. Aucune démocratie fonctionnelle n'utilise cet outil sur cette durée là. C'est proprement scandaleux. Tous les pays européens qui ont eu recours au passe sanitaire ont arrêté au bout de quelques mois seulement, quelques semaines, même parfois. Le Japon vient d'arrêter, c'est aussi le cas de la Norvège, de la Suède, du Danemark. En France, on a l'impression et ce n'est pas une impression d'ailleurs, ça fait plus de 18 mois que l'on est en état d'urgence permanent. Avec un président qui fait tout sous le sceau du secret défense, en conseil de défense. Et le Parlement n'y trouve rien à redire, ou du moins pas assez. Et là, en plus, voilà que nous rentrons dans une phase de campagne présidentielle où le Parlement ne va pas siéger. C'est proprement scandaleux.»

Ce passe devrait rentrer dans la vie quotidienne des Français ?

Alexis Poulin: «On a mis tout simplement en pause la démocratie dans ce pays et ça ne semble pas choquer la majorité de nos concitoyens. C'est extrêmement inquiétant parce que ce recul des libertés, il peut être pérenne si on n'y prend garde. Et le Conseil d'État comme le Conseil constitutionnel, ont déjà donné beaucoup trop de latitude au gouvernement pour faire à peu près n'importe quoi avec des lois d'exception qui n'en valent pas la peine. Encore une fois, ce passe sanitaire, n'a rien de sanitaire, il est là pour diviser les Français. Si la vaccination fonctionne, et c'est soit disant le cas, alors il ne doit plus être en vigueur. Sophie Normand-Couturier: «Alors sur cette prolongation, le Parlement va quand même se prononcer. Et puis, le gouvernement dit aussi vouloir maintenir la possibilité de recourir à cette mesure, ce qui ne veut pas dire qu'il le fera nécessairement.» Alexis Poulin: «Non, évidemment. L'idée, c'est de dire, on garde cette mesure comme une mesure du quotidien. Une des porte-paroles d'En Marche, Mme Genetet disait : " Oui, ce passe il devrait rentrer dans la vie quotidienne des Français, comme le permis de conduire, comme le carnet de vaccination des enfants. " Non, certainement pas. C'est une mesure exceptionnelle sous un état d'urgence sanitaire. Il ne faut pas que ce passe sanitaire devienne la norme. Or, ce que veut faire le gouvernement, c'est ancrer dans l'imaginaire des Français, le fait que ce passe sanitaire est utile, mais aussi qu'il va être là pour à peu près toujours, parce que le virus est là pour à peu près toujours également.»

«Ce gouvernement fait beaucoup trop de mal aux lois de la République»

Alexis Poulin: «C'est n'importe quoi ! Et j'espère qu'il y aura un sursaut démocratique au Parlement et qu'enfin on va avoir une opposition digne de ce nom pour dire : " Stop, ça suffit. " Ce gouvernement fait beaucoup trop de mal aux lois de la République, aux bases mêmes de notre démocratie. Ça ne peut pas continuer comme ça sous prétexte qu'il y a une pandémie. Cette pandémie est installée, elle est là. Tous les autres pays ont cessé l'état d'urgence. Il est question maintenant de gérer avec une politique sanitaire, une politique de santé publique classique, somme toute. Un virus qui est maintenant connu. Donc, c'est proprement scandaleux que ce qu'il se passe. Et de voir qu'Emmanuel Macron s'en sort et continue de vouloir pousser toujours plus loin les limites du contrôle social, les limites aussi des libertés des Français, sans jamais recevoir une fin de non-recevoir, justement, par les institutions : Conseil d'État et Conseil constitutionnel. C'est extrêmement inquiétant pour la suite et notamment avec la campagne présidentielle qui va s'ouvrir. Et quoi? Les urnes seront conditionnées à l'obtention d'un passe sanitaire. Qu'est-ce qui se profile? Une élection uniquement par correspondance ? Voilà à peu près ce à quoi s'attendre avec ces parleurs de la République en marche qui reviennent sur leur parole à quelques semaines d'intervalle. Donc, pourquoi leur faire confiance ? Et pourquoi croire que finalement, après l'été 2022, le passe disparaîtrait ? Non. On voit bien qu'il y a une volonté de faire du passe un outil de gestion sociale en France, et ça, peu importe qu'il y ait un virus ou non.»



Partager cette page