SANTÉ

Publié le 30 décembre 2021

Crédit vidéo : CNews

Source : https://cnews.fr/

Agacé par les «médecins de plateau», cet enseignant laisse exploser sa colère

Kevin Bossuet, enseignant, intervenait lors de l'émission «L'Heure des pros» diffusée ce mercredi 29 décembre 2021 sur CNews.

«On est dans une société qui est de plus en plus divisée»

Kevin Bossuet: «Moi, je suis scandalisé par les propos de monsieur Véran. Mais à quoi joue t-il ? On est dans une société qui est de plus en plus divisée, des familles qui ont été brisées, des amitiés qui ont été brisées à cause du vaccin. Il y a d'un côté le camp du bien, tous ceux qui se sont fait vacciner. Moi, pour le coup, pour une fois, je suis dans le bon camp puisque j'ai eu ma troisième dose. Et de l'autre côté, il y a les gens du camp du mal, des gens qui n'ont rien compris, des affreux jojos, des idiots. Limite le retour des bottes dans Paris. Non, mais je crois qu'il faut arrêter avec ça. Que le gouvernement prenne ses responsabilités. S'il souhaite que tout le monde se vaccine, qu'il impose la vaccination obligatoire à tous. Surtout que j'écoute le directeur de l'OMS qui nous raconte, en effet, qu'il ne faut pas vacciner à l'aveugle.» Julien Pasquet: «Lui, il nous parle de tsunami aujourd'hui.»

«Il faut arrêter avec ça et redevenir rationnel»

Kevin Bossuet: «Il faut vacciner les personnes à risque, les personnes âgées et ceux qui ont des comorbidités. Et quand j'entends les médecins de plateau nous raconter qu'il faut vacciner les patients mais on est plus dans un discours médical, on est dans un discours politique. Puisque le discours médical, c'est un rapport bénéfices-risques. Sauf que les enfants ont très peu de chances de développer une forme grave. Ils continuent, même en étant vaccinés, de transmettre le virus. Donc, à un moment, il faut sortir en effet de cette hystérie. Et quand on met le nez dans le caca des médecins, ils nous racontent : " Mais vous n'avez pas pensé au covid long, Imaginez les covid long ! " Non, il faut arrêter avec ça, redevenir rationnel et essayer d'avoir une politique sanitaire basée sur les études scientifiques. Parce que parfois, ceux qui ont les propos les moins scientifiques, ce sont les scientifiques.»



Partager cette page