SANTÉ

Publié le 04 juin 2021

Crédit vidéo : Sud Radio

Source : https://sudradio.fr

Big Pharma: La pandémie a fait neuf nouveaux milliardaires ?

Sandra Lhote-Fernandes d'Oxfam était l'invitée de l'émission «Grand Matin» diffusée sur Sud Radio ce vendredi 21 mai 2021.

«Ils sont devenus, grâce à la production de vaccins contre l'épidémie, des milliardaires avec une fortune cumulée à près de 17 milliards d'euros»

Arthur de Laborde: «Et bien, ça rapporte ces vaccins anti Covid. L'ONG Oxfam s'est livré à un petit calcul sur les milliardaires de l'industrie de la pharmacie qui ont vu leur fortune monter en flèche durant la pandémie en se basant sur les chiffres du magazine américain Forbes. Oxfam souligne que neuf nouveaux ultra riches ont vu le jour. Ils sont devenus, grâce à la production de vaccins contre l'épidémie, des milliardaires avec une fortune cumulée pour ces neuf nouveaux milliardaires à près de 20 milliards de dollars, soit 17 milliards d'euros.»

«Neuf nouveaux milliardaires, tous proviennent de l'industrie pharmaceutique»

Sandra Lhote-Fernandes: «Neuf nouveaux milliardaires, tous proviennent de l'industrie pharmaceutique, pour qui les vaccins anti Covid ont été une affaire assez lucrative.» Arthur de Laborde: «L'argument que certains vous opposent, c'est que finalement, cette rentabilité liée aux vaccins anti Covid, elle a permis à la recherche de développer ces sérums aussi rapidement qu'on l'a vu et que s'il n'y avait pas cette rentabilité, la recherche aurait été beaucoup moins active. Qu'est-ce que vous répondez à ça?» Sandra Lhote-Fernandes: «C'est un argument encore plus indécent parce que pour le cas, vraiment, en l'espèce de ces vaccins anti Covid, ils ont été grandement financés par la puissance publique.»

«Aucun argument qui peut justifier de continuer de protéger cette industrie pharmaceutique»

Sandra Lhote-Fernandes: «Donc, ce sont des fonds publics qui ont financé le développement de ces vaccins et par exemple, la technique de l'ARN messager, elle bénéficie d'années de recherche dans les universités publiques. Ici, on est vraiment face à un produit qui a été développé sans risque, presque sans risque par les grands groupes pharmaceutiques mais grâce à la puissance publique. Mais aujourd'hui, on est face à une situation où les grands groupes ont fait des profits faramineux et presque aucune personne dans les pays en développement n'a pu avoir accès à ce vaccin. On voit une inégalité vaccinale très importante à l'échelle mondiale. Il n'y a vraiment aucun argument qui peut justifier de continuer de protéger cette industrie pharmaceutique qui continue à engranger un grand nombre de profits.»



Partager cette page