SANTÉ

Publié le 12 mai 2021

Crédit vidéo : C8

Source : https://c8.fr/

«C'est la dictature de la peur !» Fabrice Di Vizio dit ses 4 vérités sur la plateau de C8

Fabrice Di Vizio était l'invité de l'émission «TPMP» diffusée ce mardi 11 mai 2021 sur la chaîne C8.

«On va les transformer en policiers sanitaires»

Fabrice Di Vizio: «Je suis évidemment pour la réouverture des discothèques, mais sans pass sanitaire, c'est une évidence. Parce que si l'on admet l'idée du pass sanitaire en discothèque, alors jusqu'où on va l'admettre ? Et puis quoi ? On va embaucher des videurs ? Qu'est-ce que l'on va faire ?» Géraldine Maillet: «Cela va créer de l'emploi.» Fabrice Di Vizio: «Attendez. Et s'ils sont négatifs, on les ferme ? On voit des gens qui ont été maltraités pendant un an. Quand je dis, depuis le début de cette affaire, que ça va mal finir et qu'en fait, il y a un mépris profond du peuple français, est-ce que ce n'est pas la meilleure manifestation ?» Cyril Hanouna: «Ils en sont l'exemple.» Fabrice Di Vizio: «Nous sommes sur une notion de mépris. Et il y a pire, c'est que maintenant, pour réouvrir, on va les transformer en policiers sanitaires. On va leur demander d'avoir effectivement un test négatif ici, un vaccin là. Mais quel vaccin ? AstraZeneca ?»

«La notion de liberté a été totalement abolie ?»

Fabrice Di Vizio: «Est-ce qu'ils vont être effectivement responsables aussi du variant sud africain et vérifier à quel variants ? Donc, à un moment donné, il faut savoir ce que l'on veut. Est-ce que l'on veut reprendre une vie normale ? Ou est-ce que l'on veut, à un moment donné, considérer que l'on vit au rythme, et finalement au degré de ce virus, et qu'on est dans un monde d'après dans lequel la notion de liberté a été totalement abolie ? Je comprends parfaitement cette logique qui puisse être de dire, pour revenir à la normale, on va accepter un certain nombre de choses, mais on va les accepter combien de temps ? Et on va les accepter jusqu'où ? Est-ce que demain matin, ils parlaient des mariages, c'est intéressant, votre fille se marie et si on la soumettait à un test PCR ? Et si on la soumettait à un vaccin ? Et jusqu'où cela va aller ? A quel moment est-ce qu'on va décider que, peut-être, il est temps, cela fait un an et demi qu'elles ont fermé, est-ce que cela a empêché les clusters de se créer ?»

«La dictature de la peur et celle-là, personne ne peut vous en libérer»

Fabrice Di Vizio: «Est-ce que cela a empêché, concrètement, l'épidémie de saturer les réanimations ? Si vous avez à ce point peur que les discothèques soient des lieux de contamination, et bien, très bien, regardons, c'est exactement ce que disait Guillaume Genton, regardons ce qui s'est passé ailleurs. Est-ce qu'au Texas, aujourd'hui, nous avons une reprise de l'épidémie ? Est-ce qu'en Espagne, nous avons des clusters au sein des discothèques ? Sur quoi vous fondez-vous ? Il y a un problème de fond, si vous voulez, c'est que vous vivez sous une dictature. Ecoutez-moi jusqu'au bout. La dictature de la peur, la dictature de la peur et celle-là, personne ne peut vous en libérer. C'est ça le problème.» Cyril Hanouna: «Tu parles de quoi ?» Fabrice Di Vizio: «Je parle de, effectivement, aujourd'hui, vous avez peur de vivre et aujourd'hui, il est temps de vivre. Vous ne pouvez plus être dans une logique où on survit à la vie à moitié. Ce n'est plus possible!»



Partager cette page