SANTÉ

Publié le 03 février 2021

Crédit vidéo : RT France

Source : https://francais.rt.com/

Ce médecin se lâche sur Big Pharma: «Ce n'est plus le politique qui gouverne mais les laboratoires»

Le docteur Eric Henry était l'invité du journal de RT France ce mardi 2 février 2021.

«Je pense que c'est trop tard»

Je crois que les gens ont pris beaucoup de deuxième degré dans cette affaire puisqu'ils ont bien vu qu'on courrait derrière les masques. On ne devait pas en prendre, on en a eu, on ne devait pas testé, on a testé, on devait tester beaucoup, on a testé peu, on a testé dans un vrai bazar. En fait, on court derrière ce virus. On passe notre temps à essayer de le rattraper. Je pense que c'est trop tard. Ça court, les variants vont courir. Ils vont s'appeler Brésil, Afrique du Sud, Angleterre, Guatemala, on va en voir sortir de partout parce qu'on fera un test, on va trouver qu'il a un petit variant dans sa protéine qui va faire l'intelligence d'un grand spécialiste qui va nous le sortir.

«C'est plus le politique qui gouverne, c'est le laboratoire»

Ensuite les labos vont tourner derrière, la problématique des labos c'est qu'on voit bien que quand ils ont une panne, c'est le monde entier qui s'arrête et qu'on est devenu énormément dépendant des laboratoires. C'est plus le politique qui gouverne, c'est le laboratoire. Ça aussi, c'était un danger. On l'avait vu arriver avec les médicaments qui se fabriquaient tous en Inde ou tous en Chine, on avait perdu tout en France. La population était en train de s'habituer au fait qu'il y aura toujours des virus dans son entourage et qu'il va bein falloir faire avec. La problématique c'est, est-ce que nous vivrons toujours avec un masque dorénavant dans notre pays ? Ça, c'est autre chose. Et effectivement, on peut se poser la question de l'intérêt de rester sur cette Terre si c'est pour vivre enfermé dans du plastique et dans du papier, dans du papier cellophane. Donc voilà. Elle est là la question.

«Ils vont craquer psychologiquement»

Moi, je crois que les Français sont un peu à bout. Ils ont beaucoup donné pendant un an et demi. Je pense qu'il faut trouver le moyen de leur donner un peu de liberté et un peu d'air pour respirer parce qu'ils vont craquer. Ou alors ils vont craquer psychologiquement et on va les avoir sur nos plates-formes et dans nos hôpitaux. Ou alors, à un moment, ils vont s'énerver et on va se retrouver avec des manifestations, des gens qui vont sortir pour dire qu'ils en ont marre de vivre dans ce nouveau monde qu'on nous propose alors, il n'est pas de la responsabilité du gouvernement, je le redis. C'est la nature qui vient nous rappeler que nous avons été un peu trop loin dans ce que nous voulions faire sur cette Terre et qu'il est temps de réfléchir à fonctionner autrement pour que notre avenir, nous en ayons encore un.

«Ils en ont marre d'être enfermés dans leur maison en portant des masques»

La démarche, elle est là, tout le monde doit repenser sa propre vie et travailler pour que demain, la planète ne soit pas dans l'état où on l'a laissée juste avant le Covid et ensuite c'est au gouvernement de prendre les bonnes décisions en entendant qu'effectivement, il faut protéger. Mais effectivement, il faut un peu de liberté aux Français parce que je crois qu'ils en ont marre d'être enfermés dans leur maison en portant des masques, en tenant les papiers à la main pour pouvoir sortir, etc. On est arrivé, je pense, au bout d'un système parce que sinon, il y a un un variant, deux variants, trois variants, cinq variants, dix variants, ça ne va jamais cesser. La problématique, c'est qu'on a des tests maintenant pour tester tout ce qui bouge. Alors on a des spécialistes qui s'amusent à tester tout ce qui bouge. Ce n'était pas comme ça il y a dix ans, on ne testait pas. Là, on teste. Alors ils découvrent le test, des tests, des tests. A un moment, les tests, c'est bien mais ça nous dans cette situation.



Partager cette page