SANTÉ

Publié le 19 septembre 2021

Crédit vidéo : LCI

Source : https://lci.fr/

Crise sanitaire: les 3 raisons de s'inquiéter selon LCI

Fanny Weil nous expose 3 raisons de se dire qu'on n'est pas tout à fait arrivé au bout du chemin. Extrait de l'émission «24H Pujadas» diffusée ce vendredi 17 septembre 2021 sur LCI.

«Le talon d'Achille français»

Amélie Carrouer: «Il y a aussi trois raisons de s'inquiéter, en tout cas, de se dire qu'on n'est pas tout à fait arrivé au bout du chemin.» Fanny Weil: «Exactement. Première raison de s'inquiéter c'est que derrière ce chiffre de 50 millions de vaccinés se cache une vaccination insuffisante des personnes âgées, donc vulnérables. C'est le talon d'Achille français. Aujourd'hui, il reste un peu plus de 673.000 non-vaccinés chez les 75 ans et plus. C'est 10% de personnes fragiles qui ne sont donc absolument pas protégées contre la Covid. Et c'est assez pour remplir à nouveau nos hôpitaux.» Martin Blachier: «En fait aujourd'hui, la pression hospitalière est directement proportionnelle au nombre de gens que vous avez vacciné dans la population vulnérable. Vous n'avez plus cette espèce d'immunité collective vaccinale, j'entends, qui est atteignable. Donc ça veut dire qu'on n'a pas bien vacciné les plus âgés et du coup, on ne peut pas sortir de la crise, là où d'autres ont bien vacciné les plus âgés, ils peuvent sortir de la crise.»

«Singapour et ses 80% de vaccinés... Les contaminations ont bondi de 134%»

Fanny Weil: «Deuxième raison de s'inquiéter, notre taux de vaccination dont je vous parlais, bien qu'élevé, n'est pas une garantie de sortir de cette épidémie. L'exemple avec Singapour et ses 80% de vaccinés, mieux que la France et pourtant une flambée des contaminations. Le pays retrouve des niveaux de contagion de mi-mai 2020 à la sortie de sa première vague. Et sur une semaine, les contaminations ont bondi de 134%. Et c'est d'autant plus inquiétant que les seuls vaccins utilisés à Singapour sont précisément Pfizer et Moderna. Idem d'ailleurs en Israël, où les cas sont remontés cet été. Pour certains médecins, c'est ce qui va arriver chez nous, en France, avec l'arrivée de l'automne.»

«La question d'une troisième, voire d'une quatrième dose, risque de se poser rapidement»

Arnaud Fontanet (Membre du Conseil Scientifique): «Ce qui va arriver, très vraisemblablement, comme l'année dernière. C'est qu'avec l'automne, on va avoir une vague de froid ou en tout cas un refroidissement qui va arriver et qui va faire que le virus va se remettre à circuler comme l'année dernière. Les gens vont être un peu plus en intérieur, etc. Et à ce moment là, on va assister à une nouvelle poussée.» Fanny Weil: «Enfin, troisième raison de s'inquiéter, l'efficacité des vaccins diminue au fil des mois. Toutes les études américaines, anglaises, israéliennes l'ont constaté. En clair, les 50 millions de Français vaccinés aujourd'hui ne seront protégés qu'un temps. Et la question d'une troisième, voire d'une quatrième dose, risque de se poser rapidement.»



Partager cette page