SANTÉ

Publié le 15 septembre 2021

Crédit vidéo : CNews

Source : https://cnews.fr/

Fabrice Di Vizio décide de tout arrêter et s'explique sur CNews !

L'avocat Fabrice Di Vizio était l'invité de l'émission «Morandini Live» diffusée ce mercredi 15 septembre 2021 sur CNnews.

«Je reçois des menaces à longueur de journée»

Jean-Marc Morandini: «Hier soir, par surprise aux alentours de 22 heures, il a fait une annonce sur les réseaux sociaux. Il a annoncé qu'il arrêtait à la fois ses activités d'avocat puisqu'il va vendre ses parts dans son cabinet, il arrête de manifester, il arrête d'aller chez Cyril Hanouna, il part à la campagne, a t-il dit.» Fabrice Di Vizio: «Je crois qu'à un moment donné, si vous voulez, il est bon que dans un débat qui devient de plus en plus hystérique, que des voix clivantes puissent effectivement trouver à se taire tout simplement. Je n'ai aucune envie d'alimenter un débat de haine. Moi, je reçois des menaces à longueur de journée, je me balade avec des gardes du corps. Mes enfants vont aller bienôt à l'école, c'est prévu, avec un service de protection rapprochée permanent. On va où là ? Il faut que ça s'arrête à un moment, si vous voulez.»

«Je ne comprends pas que le JDD fasse un article sur moi, absolument dégueulasse»

Fabrice Di Vizio: «Et donc, les conditions d'un débat serein, d'un débat apaisé ne sont plus réunies. Je ne veux pas alimenter de violences dans cette histoire. Vous savez, cette crise ne m'a pas permis d'exister, j'existais déjà avant. J'avais prévu de vendre mes parts avant, j'avais prévu de faire ce que j'aime faire, monter à cheval avant. Et je suis un peu épuisé par tout ce que j'entends depuis un moment. Ce déferlement de violences de part et d'autre. Je ne suis pas sûr de bien comprendre ce qu'il se passe, c'est tout. Je ne comprends pas que le JDD fasse un article sur moi, absolument dégueulasse, dans lequel on dit que je cherche à gagner de l'argent. On dit que le Collectif C19, c'est moi qui l'ai créé. En gros, qu'il n'existe même pas, je ne comprends pas, je ne comprends rien. Je citais Ludovic Toro qui est sur votre plateau, qui est intéressant parce qu'on n'est pas forcément d'accord sur tout mais on arrive à le faire de manière respectueuse. C'est quelqu'un que j'aime beaucoup.»

«Je n'ai aucune envie d'alimenter une machine haineuse»

Fabrice Di Vizio: «On arrive effectivement à débattre de manière respectueuse alors qu'on n'est pas d'accord. Et j'ai l'impression que finalement, les cadres dans lesquels on arrive à débattre respectueusement s'éteignent de plus en plus. Moi je n'ai aucune envie d'alimenter une machine haineuse, ce n'est pas du tout l'objectif. Et moi, je n'ai aucune pression d'aucune part. Il n'y a pas une vérité et un mensonge, ce n'est pas aussi simple que ça. Moi, j'ai aucune envie, un moment donné, d'être instrumentalisé d'une façon ou d'une autre. On m'a traité de tout dans cette crise et j'ai toujours dit qu'au moment opportun, je me retirerai. Les gens n'ont pas besoin de moi pour exister. Les Français sont majoritairement favorables au passe sanitaire et que ça introduit, à mon avis, un changement de paradigme civilisationnel qui me pose un problème.»

«Soit vous demandez au système de s'adapter à vous ou alors vous déclinez l'invitation du système»

Fabrice Di Vizio: «Et je ne fais pas de lien avec le vaccin ici. Quand on en est arrivé, pour convaincre des gens, à les restreindre de liberté pour qu'ils se fassent vacciner et qu'on assume, ça me pose un problème. Mais après, ce n'est pas la société dans laquelle je veux vivre. Donc à un moment donné vous avez deux options : ou vous demandez au système de s'adapter à vous ou alors vous déclinez l'invitation du système et vous décidez de vivre, en marge, je ne sais pas si le mot est juste, mais aujourd'hui, vous décidez de ne plus prendre part à ce débat complètement hystérique. Moi, j'estime avoir fait ce que j'avais à faire et maintenant, ce qui serait une erreur, c'est de continuer à s'exposer de la sorte. Je n'ai pas envie de contribuer à une hystérisation du débat. Et si j'y ai contribué, c'est dommage, mais j'ai certainement pas envie de prolonger l'essai.»



Partager cette page