SANTÉ

Publié le 12 mars 2021

Crédit vidéo : France Télévisions

Source : https://france.tv/

France 2 nous explique que le coronavirus pourrait s'être échappé d'un laboratoire

Le magazine «Envoyé spécial», diffusé sur France 2 ce jeudi 11 mars 2021, a enquêté sur l'hypothèse selon laquelle le coronavirus se serait échappé d'un laboratoire de recherche à Wuhan.

Le centre de virologie de Wuhan est au cœur de tous les soupçons, des failles de sécurité ont été révélées.

Et si des scientifiques chinois avaient laissé s'échapper dans la nature un coronavirus ultra contagieux? Le centre de virologie de Wuhan est au cœur de tous les soupçons. Des failles de sécurité ont été révélées dans ce lieu qui manipule pourtant des virus très dangereux. Les scientifiques du laboratoire de Wuhan réalisent depuis longtemps des manipulations génétiques de coronavirus. Bruno Canard: «Ce style de manipulation, ça revient à chercher une fuite de gaz avec un briquet.» Longtemps considérée comme complotiste, la thèse de l'accident est aujourd'hui examinée par de nombreux chercheurs, car elle pourrait expliquer pourquoi l'épidémie est partie de Wuhan en Chine. Une scientifique: «On sait que le virus vient d'une chauve-souris, mais toutes ces chauves-souris vivent dans le sud de la Chine, dans le Yunnan, c'est à plus de 1.000 kilomètres de Wuhan, là où l'épidémie a démarré. On sait aussi que Wuhan abrite trois laboratoires qui font des expériences sur les coronavirus de chauves-souris.»

Une équipe du CNRS enquête sur les origines du coronavirus et accuse Pékin de faire obstruction à cette investigation.

Cette théorie est fermement rejetée par la Chine. Pékin est prête à tout pour ne pas être tenue responsable d'une pandémie qui a déjà fait plus de deux millions et demi de morts sur la planète. Après un an de tractations, les autorités chinoises ont finalement accepté la venue d'une équipe d'enquêteurs de l'Organisation mondiale de la santé à Wuhan, en janvier dernier. Mais les experts, encadrés en permanence par la police, n'ont eu qu'un accès limité aux fameux laboratoires de Wuhan. A Marseille, une équipe du CNRS enquête sur les origines du coronavirus et accuse Pékin de faire obstruction à cette investigation. Bruno Canard et Etienne Decroly sont tous les deux virologues. Depuis un an, ils analysent la structure du virus dans ses moindres détails pour percer ces mystères. Selon eux, le laboratoire de Wuhan fait de la rétention d'information.

Trois mois avant le début de la pandémie, l'accès à une base de données a été supprimé sans explication.

Bruno Canard: «Il manque tout un tas d'éclaircissements et de choses sur l'origine de ce virus. Il y a beaucoup de choses qui mériteraient d'être investiguées en regardant justement les cahiers de laboratoires, les databases, d'où viennent-ils?» Comme de nombreux centres de recherche, l'Institut de virologie de Wuhan dispose d'une database. Une base de données qui recense les différents virus collectés et analysés en laboratoire. C'est Shi Zhengli (Virologue de Wuhan) quil’a constituée pour partager ses découvertes avec les scientifiques du monde entier. Mais trois mois avant le début de la pandémie, l'accès à cette base de données a été supprimé sans explication. Pour quelle raison? Sur cette page archivée par un internaute, on découvre le genre d'informations qu'elle contenait, comme la date de collecte du virus ou encore l'endroit où il a été prélevé. En tout, plus de 20.000 coronavirus étaient recensés, dont le fameux RaTG13.

«S'ils ne veulent pas donner l'accès à cette base de données, c'est qu'ils n'ont pas envie que les gens aient à regarder ce qu'il y a dedans»

Bruno Canard: «Il est inadmissible que lorsqu'on publie quelque chose qui a vocation à être partagé par le monde entier pour que la science avance. Il est inadmissible que les données qui ont servi à publier ces publications, la plupart du temps des publications de haut niveau, ne soient pas accessibles. Ça alimente le fait que s'ils ne veulent pas donner l'accès à cette base de données, c'est qu'ils n'ont pas envie que les gens aient à regarder ce qu'il y a dedans.» Une journaliste: «Qu'est-ce que ça vous inspire à vous en tant que scientifique ?» Bruno Canard: «Ça m'inspire qu'à l'heure actuelle il y a eu 100 millions de cas, 2 millions de morts, énormément de misères créées par ce virus et énormément de problèmes dans son ensemble pour le monde entier. La moindre des choses, c'est que l'ensemble de la communauté scientifique puisse faire une investigation ouverte de ce qui s'est passé.» Des données secrètes, des informations révélées tardivement. Autant de mystères qui alimentent les soupçons.



Partager cette page