SANTÉ

Publié le 12 janvier 2021

Crédit vidéo : RT France

Source : https://francais.rt.com/

Légion d'honneur: Quand la Macronie récompense Karine Lacombe

Kyrill Kotikov a décortiqué ce samedi 9 janvier 2021 les coulisses de la Grande Chancellerie de la Légion d'honneur qui a décoré notamment cette année Karine Lacombe, l'infectiologue «star» des plateaux TV.

La ligne gouvernementale ?

La Légion d'honneur, ce n'est pas rien, c'est la République qui honore les gens qui se sont distingués dans leur exemplarité, leur intégrité, leur humanisme. Vendredi, une promotion exceptionnelle de la Légion d'honneur et de l'Ordre national du mérite a récompensé des centaines de personnes engagées depuis des mois contre le Covid 19 médecin ou directeur d'hôpital, épidémiologiste, responsable d'EHPAD, infirmière, chef d'entreprise. Toutes ces personnes ont fait preuve d'un engagement particulier, selon la Grande Chancellerie. Sauf que parmi les méritants, on retrouve des personnalités, disons, controversées. En fait, pas mal de personnes qui ont sagement suivi la ligne gouvernementale durant le tout début de l'épidémie de COVID 19 à une époque où l'on sentait que le gouvernement ne savait pas vraiment ce qu'il comptait faire, ni comment gérer une situation de crise sanitaire sans précédent.

Les masques étaient inutiles ?

Pour garder la confiance des Français à l'époque, il fallait des experts prêts à défendre la ligne gouvernementale coûte que coûte, aussi indécise soit elle, marteler sur les plateaux télé que le gouvernement savait ce qu'il faisait, quitte à changer de version plusieurs fois. L'infectiologue Karine Lacombe fait partie de ces personnalités. Elle a été nommée chevalier de la Légion d'honneur. Mais excusez-moi, pour quel motif ? En quoi s'est-elle distinguée par son exemplarité ou son intégrité ? En assurant, le 17 mars 2020, sur le plateau de David Pujadas, que les masques étaient inutiles, puis en disant complètement le contraire deux semaines après ? En affirmant que les hôpitaux ne manquaient pas de masques alors que c'était faux ? En faisant ensuite ouvertement la promotion d'un médicament, le Remdesivir, sensé être efficace contre le coronavirus tout en omettant de déclarer ses relations étroites avec le laboratoire pharmaceutique américain Gilead ? Il faut dire que l'Europe en a commandé du Remdevisir, 500 000 doses avant même que son éventuelle efficacité soit prouvée.

Conflit d'intérêts ?

Finalement, l'OMS a reconnu le Remdevisir comme étant non-efficace, mais elle a en plus fait savoir que ce médicament pouvait être dangereux. Pourquoi en faire la promotion, alors ? Conflit d'intérêts ? Non ! Karine Lacombe: «C'est exactement ce que l'on explique de façon régulière. Plus, on est impliqué dans la recherche, plus on est en lien avec les industriels qui travaillent sur ce sujet. Et plus on est connu, plus on participe à des congrès et à des études, donc plus on a des liens d'intérêts. Mais il ne faut pas confondre ces liens d'intérêts avec des conflits d'intérêts.» Ce qui est sûr, c'est que Karine Lacombe est restée ultra fidèle au gouvernement. Elle est donc de ce fait récompensée pour son intégrité. Mais il n'y a pas que la Légion d'honneur qui permet au monarque de remercier ses laquais. On a aussi les nominations. Agnès Buzyn se voit nommée à l'OMS à Genève, alors même qu'elle expliquait en janvier 2020 qu'il n'y avait aucun risque d'importation du virus de Chine. Encore un bel exemple d'une personnalité qui a suivi la ligne de communication du gouvernement jusqu'au bout.

Proche de grands groupes pharmaceutiques dont Gilead

Le professeur Yazdan Yazdanpanah, gastro entérologue, membre du conseil scientifique sur le Covid 19, et surtout proche de grands groupes pharmaceutiques dont Gilead, lui, a été nommé par le gouvernement à la tête de la nouvelle agence de recherche sur les maladies infectieuses. Ben voyons ! Ses liens étroits avec de grands laboratoires pharmaceutiques ne sont plus un secret. Il a fait partie des différents comités et conseils de plusieurs d'entre eux. Johnson and Johnson, ViiV, AbbVie, MSD, Pfizer, Janssen, BMS, Gilead. Entre 2014 et 2019, il aurait ainsi perçu environ 96 000 euros de groupes privés. Donc voilà, on a comme l'impression que le roi remercie ses amis en leur renvoyant l'ascenseur. En revanche, il ne faut pas trop pousser le bouchon. On a beau avoir l'oreille attentive du président, si on commence à un peu trop le contredire, la friandise risque d'être rangée dans le tiroir.

«On nous a menti avec un aplomb»

Il semblerait que ce soit ce qui s'est passé avec Philippe Juvin, le professeur chef des urgences de l'Hôpital européen Georges-Pompidou à Paris, membre du parti Les Républicains et figure régulièrement invitée sur les plateaux télé depuis le début de la crise, a pourtant bien reçu un appel à figurer parmi les personnes décorées pour leur investissement dans la lutte contre l'épidémie. Emmanuel Macron et lui ont dialogué régulièrement durant la première vague de la crise. Sauf que Philippe Juvin s'est récemment montré un peu trop critique dans un ouvrage paru courant décembre. Il écrit : «On nous a menti avec un aplomb. On a tenu des discours contradictoires, on a fait des promesses, puis on les a trahies. Certes, personne n'a été dupe longtemps. Mais comment poursuivre les efforts quand le lien de confiance est rompu ?» Et devinez qui n'aura pas son susucre ?



Partager cette page