SANTÉ

Publié le 05 avril 2021

Crédit vidéo : M6

Source : https://m6.fr/

M6 démasque une bourgeoisie qui organise des dîners clandestins lorsque le peuple est confiné

La chaine M6 a diffusé un reportage ce vendredi 2 avril 2021 lors de son journal de 19h45 dans lequel un restaurateur affirme avoir dîné avec des ministres dans des soirées clandestines. Le parquet de Paris ouvre une enquête.

«Le soir ce sont les menus à partir de 160 euros... Et qui vont jusqu'à 490 euros»

Pour accéder à ce restaurant huppé, il faut entrer dans cet immeuble situé dans les beaux quartiers parisiens. L'adresse n'est connue que de quelques privilégiés, ces deux clients restent évasifs quand on leur demande notre chemin. Une journaliste infiltrée: «C'est bien ici le club privé ?» Un client: «Bah, il semblerait.» Car déjeuner ici est illégal. Nous décidons de réserver une table pour ce soir, mais avant il faut montrer patte blanche. Un employé du restaurant clandestion: «Vous venez de la part de... ?» Nous devons également choisir notre menu. Un employé: «Le soir ce sont les menus à partir de 160 euros.» Et qui vont jusqu'à 490 euros. Une clientèle fortunée, car le chef est peu connu du grand public mais proche des stars. Dans la salle, pour plus d'intimité, les volets sont fermés, le service est haut de gamme, pourtant le personnel ne respecte pas les gestes barrières. Un membre du personnel: «On n'a pas de masque.» Les clients non plus d'ailleurs.

«Les gens qui viennent ici retirent le masque. Une fois que vous passez la porte, il n'y a plus de Covid»

Un membre du personnel: «Les gens qui viennent ici retirent le masque. Une fois que vous passez la porte, il n'y a plus de Covid. On veut que les gens se sentent à l'aise. C'est un club privé, on veut que les gens se sentent comme chez eux.» Des rassemblements quotidiens ont lieu midi et soir. Comme cette fête payante organisée hier dans un lieu privé de la capitale. 220 euros la soirée, caviar et champagne. Sur ces images que nous nous sommes procurées, une quarantaine de convives, sans masque, certains se font la bise. Nous avons contacté l'organisateur de ce dîner illégal. Ce collectionneur renommé se défend et dénonce une pratique généralisée. Un organisateur de soirées clandestines: «J'ai dîné cette semaine dans deux ou trois restaurants, qui sont justement des restaurants soi-disant clandestins avec un certain nombre de ministres. Alors ça me fait doucement rigoler. On est encore en démocratie, on fait ce qu'on veut.» Une démocratie dans laquelle plus de 5.200 personnes sont ce soir en réanimation. Pour mise en danger de la vie d'autrui, les organisateurs de soirées clandestines risquent 1 an de prison et 15.000 euros d'amende. Les participants, eux, peuvent recevoir deux amendes de 135 euros, l'une pour non-respect du couvre-feu, l'autre pour non-respect du port du masque.



Partager cette page