SANTÉ

Publié le 24 mai 2021

Crédit vidéo : CNews

Source : https://cnews.fr/

Pour Yann Moix le Pass Sanitaire c'est «le 21ème siècle que tous les films de science-fiction craignaient»

Yann Moix était l'invité de l'émission «L'Heure des Pros» diffusée sur la chaîne CNews ce mercredi 12 mai 2021.

«Ce qui me gêne là dedans, c'est le biologisme»

Yann Moix: «Peu importe la temporalité que l'on utilise sur quelque chose qui est inadmissible. Que ça dure 10 minutes ou que ça dure 150 ans, ça n'enlève rien à la gravité du fait. Si vous voulez, là, on est en train d'édicter un passeport pour l'homme sain. On aurait pu le faire pour l'homme beau, pour l'homme fort, pour l'homme blond contre l'homme brun, par exemple, comme pour l'homme blanc contre l'homme noir. Et si vous voulez, ce qui me gêne là dedans, c'est le biologisme. Dès qu'une société essaie d'édicter des règles selon des critères médicaux ou biologiques, on est dans quelque chose qui est extrêmement grave. L'intégrité physique ne doit pas décrire le citoyen français. Est-ce que : Liberté, Egalité, Fraternité fonctionne encore sur cette décision? En fait, c'est ça qu'il faut voir. Liberté, bien sûr que non puisque certains auront la liberté d'aller en boîte de nuit et d'autres pas. Donc, il y a exclusion.»

«Voilà le 21ème siècle que tous les films de science-fiction craignaient»

Yann Moix: «Égalité, évidemment que non puisque ceux qui auront eu la chance de pouvoir être aux normes médicales souhaitées pourront aller en boîte de nuit, par exemple, alors que d'autres ne pourront pas. Du fait que certains n'auront pas eu accès au vaccin ou n'ont pas eu la chance d'avoir des possibilités de se soigner par rapport à certaines personnes qui auront eu l'âge requis ou le piston qui va avec. Par ailleurs, fraternité, bien sûr que non puisqu'on va définir ceux qui ont le droit de faire des choses contre ceux qui n'ont pas le droit, même pendant 15 jours, même pendant un mois. Ce qui fait que d'une part : "Liberté, Égalité, Fraternité" est un concept qui devient désuet, érronné et inopérant sur une partie de la population. Et surtout, enfin, voilà le 21ème siècle que tous les romans et les films de science-fiction craignaient : celui d'un passeport biologique. Vous vous rendez compte de ce que cela veut dire ?»

«J'ai l'impression que les gens ont tellement envie de s'amuser... qu'ils baissent la garde»

Yann Moix: «D'ailleurs, je suis très étonné que les comités d'éthique, qui depuis 50 ans partout en France, 24h sur 24, sur des sujets sans doute moins importants comme le clonage, qui était un sujet intéressant. Et là, tout d'un coup, c'est le grand silence. J'ai l'impression que les gens ont tellement envie de s'amuser, en ont tellement marre de cette situation, qu'ils baissent la garde.» Gérard Leclerc: «Je ne suis pas d'accord. D'une part, je remarque qu'il y a d'ores et déjà aujourd'hui des vaccinations qui sont obligatoires. Donc, ce n'est pas nouveau. Deuxièmement, toute la vraie question, c'est d'essayer de retrouver une vie normale. On ne pourra pas retrouver une vie normale sans la vaccination.»

«On met le pied dans quelque chose qui n'est pas bon»

Yann Moix: «Il est normal que des gens normaux puissent faire des choses normales et il est anormal que des gens anormaux, on pourrait même dire que des gens qui ont le sida, par exemple, ne puissent pas avoir accès à telle ou telle activité. Pourquoi est-ce qu'on s'arrêterait au Covid et qu'on n'irait pas un peu plus loin : " Tiens, est-ce que lui, il n'a pas le virus du sida ? " " Tiens, est-ce que lui, il n'a pas une sclérose en plaques " et ainsi de suite. Il y a quelque chose là-dedans qui est une boîte de Pandore. On met le pied dans quelque chose qui n'est pas bon.»



Partager cette page