SANTÉ

Publié le 25 avril 2021

Crédit vidéo : France Télévisions

Source : https://www.france.tv/

Un philosophe remet les pendules à l'heure: «Hécatombe? Et les autres maladies?»

Le philosophe André Comte-Sponville était l'invité de l'émission «On est en direct» diffusée ce samedi 24 avril 2021 sur France 2.

«Cela dépend de ce que l'on entend par hécatombe»

Laurent Ruquier: «Je voudrais vous interroger deux minutes sur ce qu'on vit encore en ce moment parce qu'il y a un an, on s'était parlé à propos évidemment, du Covid. Je rappelle que vous avez été un de ceux qui avaient dit attention quand même, il faut rappeler que la mort fait partie de la vie. D'ailleurs, on vient de le dire nous-mêmes, arrêtons de faire croire qu'il s'agit d'une hécatombe, vous aviez dit à l'époque. Est-ce que quand même, là, maintenant que l'on a dépassé les 100 000 morts, vous continuez à dire que ce n'est pas une hécatombe.» André Comte-Sponville: «Cela dépend de ce que l'on entend par hécatombe.»

«Il faut remettre les choses à leur place»

André Comte-Sponville: «Il est mort pendant les 14 mois donc 100 000 personnes.» Laurent Ruquier: «Je me fais l'avocat du diable, vous savez que je suis absolument d'accord avec vous.» André Comte-Sponville: «Il en est mort 700 000 d'autres choses, si vous voulez. Et donc, pourquoi privilégier à ce point les 100 000 morts du Covid et oublier les 150 000 morts d'un cancer, les 140 000 morts d'une maladie cardio vasculaire, les 225.000 nouveaux cas d'Alzheimer qu'il y a chaque année ? 225.000 nouveaux cas chaque année ! Et croyez moi, c'est bien pire d'avoir la maladie d'Alzheimer que d'avoir la Covid 19. Et donc, voilà, il faut remettre les choses à leur place. Cela ne veut pas dire que ce n'est pas un problème sanitaire important. C'est évidemment un problème sanitaire majeur. Mais ne faisons pas de la peur de la maladie l'essentiel. Mon souci, je l'ai dit souvent, c'est plutôt les jeunes gens d'aujourd'hui dont on est en train de priver leur jeunesse de liberté, de spontanéité, d'amour, de rencontres.»

«Là, il y a une catastrophe qui me paraît beaucoup plus grave»

André Comte-Sponville: «Et donc, voilà, ce que j'ai rappelé, c'est que au lieu de s'affoler parce que des gens de mon âge ou plus vieux, rappelons que la moyenne d'âge des morts de la Covid 19, c'est un peu plus de 81 ans, et rappelons que l'espérance de vie d'un homme, c'est en-dessous des hommes qui meurent de la Covid, est de 79 ans. Et donc, il n'est pas vrai que la Covid, tout d'un coup, ait bouleversé le taux de mortalité. Nous avons perdu en 18 mois, 6 mois d'espérance de vie. Six mois, ce n'est pas rien. Mais on avait gagné 20 ans d'espérance de vie depuis 1946. Donc, d'un côté, les gens de ma génération, ils ont gagné 20 ans, on vient de perdre, provisoirement, six mois que l'on rattrapera très bientôt. Les jeunes qui sont au chômage, qui n'arrivent plus à trouver de boulot, ceux qui sont en train de rater leurs études parce qu'ils ne peuvent plus aller en fac. Ceux qui n'ont plus le droit de danser, de voir leurs amis, là, il y a une catastrophe qui me paraît beaucoup plus grave. Bref, ce ne sont pas les gens de ma génération qui sont à plaindre, il faut bien mourir de quelque chose, le plus tard possible, cela va de soi, librement, c'est si on le souhaite. Ceux qui sont le plus à plaindre aujourd'hui, ce sont les jeunes.»



Partager cette page