SANTÉ

Publié le 23 novembre 2021

Crédit vidéo : RMC

Source : https://rmc.bfmtv.com/

Une dose, deux doses, trois doses? Jean-Pierre Pernaut déconcerté par la gestion de la crise

Jean-Pierre Pernaut était l'invité de l'émission «Les Grandes Gueules» diffusée ce lundi 22 novembre 2021 sur RMC.

«En voilà une troisième, la quatrième c'est quand ? En juin ? La cinquième donc, c'est en octobre ?!»

Olivier Truchot: «Vous avez votre troisième dose, Jean-Pierre ?» Jean-Pierre Pernaut: «Ecoutez, c'est marrant que vous m'en parliez parce que j'ai passé un week-end épouvantable. Je l'ai depuis vendredi. La première fois et la deuxième fois, je n'avais pas eu d'effets secondaires et là, je suis tout fiévreux, frissonnant depuis trois jours.» Olivier Truchot: «La troisième a plus d'effets ?!» Jean-Pierre Pernaut: «Oui, bah, elle a plus d'effets, donc elle sera peut-être plus efficace. Ce qui m'ennuie dans cette histoire, c'est que quand on a fait les deux premières, c'était fini. Là, en voilà une troisième, la quatrième c'est quand ? En juin ? La cinquième donc, c'est en octobre ?!» Charles Consigny: «C'est possible qu'il faille le refaire tous les six mois.» Jean-Pierre Pernaut: «Ben voilà, donc, comme on n'y connaît rien, ce serait bien de dire qu'on n'y connaît rien.»

«Je crois que les scientifiques découvrent cette maladie au fil des semaines»

Olivier Truchot: «Oui, parce que les autorités nous avaient vendu un vaccin qui permettait de revenir à la vie normale et de mettre la pandémie derrière nous. Ce n'est pas le cas.» Jean-Pierre Pernaut: «On découvre au fil des jours en fait.» Charles Consigny: «Ce n'est pas un vaccin de longue durée. C'est un vaccin qu'il faut renouveler tous les six mois.» Olivier Truchot: «Vous trouvez que les autorités devraient le dire ? Dire finalement : " On ne sait pas puisque c'est un nouveau virus. "» Jean-Pierre Pernaut: «Non, on ne sait pas. Je crois que les scientifiques découvrent cette maladie au fil des semaines. Ça doit être politiquement difficile à gérer d'ailleurs. Mais en fait, on n'y connaît pas grand chose.» Olivier Truchot: «Et beaucoup de médecins, pourtant, nous disent : " Ça va être comme ça. Ça va être comme ci. " Peut-être qu'eux-mêmes devraient être plus prudents.» Étienne Liebig: «Ils sont d'ailleurs un peu moins.» Olivier Truchot: «Ils sont un peu moins nombreux d'ailleurs depuis la cinquième vague.»

«Cette fameuse cinquième vague qui arrive, qui n'arrive pas, on ne sait pas»

Alain Marschall: «C'est simple et c'est compliqué. C'est-à-dire que le covid ça fait deux ans qu'il est là et globalement je dis que c'est simple parce qu'on a compris le principe de la maladie. Et compliqué parce que tous les deux ou trois mois, ça change. Et pourtant, et je suppose que vous devez vous faire engueuler même si vous n'êtes plus au 13h, on dit : " Vous les médias, vous ne parlez que de ça. On n'en peut plus du covid. " C'est assez paradoxal.» Jean-Pierre Pernaut: «Non, ce n'est pas paradoxal parce que je regarde les audiences des journaux télévisés. Quand les journaux n'en parlent pas, les audiences baissent, quand on en parle beaucoup, quand il y a des problèmes comme en ce moment avec cette fameuse cinquième vague qui arrive, qui n'arrive pas, on ne sait pas. Elle arrive en Autriche, elle n'est pas vraiment en France, peut-être, on ne sait pas, on ne sait pas bien.» Alain Marschall: «Elle va arriver quoi.» Jean-Pierre Pernaut: «Ce qu'il faut, c'est faire gaffe et respecter les gestes barrières et faire attention.»



Partager cette page