SANTÉ

Publié le 28 avril 2021

Crédit vidéo : RMC

Source : https://rmc.bfmtv.com/

Vers la fin du masque à l'extérieur ? Martin Blachier estime que «cela n'a aucun sens»

Martin Blachier était l'invité de l'émission «Les Grandes Gueules» diffusée ce lundi 26 avril 2021 sur RMC.

«On devrait continuer à le faire, et à dire aux gens de se retrouver dehors plutôt qu'à l'intérieur»

Martin Blachier: «Je pense que ce qui a marché, finalement, sur ces mesures là, c'est de pousser les gens à l'extérieur, c'est de leur dire de retarder, contrairement à ce que l'on peut penser, l'heure du couvre feu, d'ailleurs, on devrait continuer à le faire, et à dire aux gens de se retrouver dehors plutôt qu'à l'intérieur. Puisqu'on le sait, c'est l'étude de Pasteur qu'il l'a montré, les contaminations se font au travail. Le seul effet de la fermeture des écoles, c'est que les gens, pour garder leurs enfants, ne sont pas allés travailler. C'est très probablement le seul effet.» Olivier Truchot: «Cela a favorisé le télétravail.» Martin Blachier: «Et puis, éviter que les gens se retrouvent en intérieur et donc les faire se retrouve en extérieur. Je vous garantis que si on met le couvre feu à 20 heures au lieu de 19 heures, les gens pourront se retrouver en extérieur plutôt qu'en intérieur et cela aura un effet positif sur l'épidémie.»

«Les physiciens vous disent que si c'est une contamination par l'air, elle ne peut pas avoir lieu en extérieur»

Olivier Truchot: «Cela dépend comment on se retrouve parce que si on se retrouve comme sur les Buttes-Chaumont, sans les masques, les uns sur les autres...» Martin Blachier: «Non. Non, moi, je ne suis pas du tout inquiet par les images que je vois aux Buttes-Chaumont.» Olivier Truchot: «Non ? Cela ne vous choque pas ?» Martin Blachier: «Il y a un récent papier qui est sorti dans la grande revue Lancette, qui dit : " La contamination par ce virus là, elle se fait essentiellement par l'air. " Et les physiciens vous disent que si c'est une contamination par l'air, elle ne peut pas avoir lieu en extérieur. C'est mis dans des équations et il y a un élément de cette équation qui est le volume d'air que vous avez autour de vous, donc en extérieur, vous ne pouvez pas contaminer les gens par aérosol. Il faut arrêter, chaque matin, de montrer des images de gens qui se retrouvent dehors. Et d'ailleurs, on n'a jamais vu que cela entraînait des contaminations.»

«Il paraît qu'il y a des arrêtés pour porter le masque cet été sur la plage. Cela n'a aucun sens»

Olivier Truchot: «Pardon, Martin, mais alors, pourquoi on nous impose le port du masque depuis maintenant de longs mois à l'extérieur, quel que soit, d'ailleurs, l'endroit où l'on est ?» Martin Blachier: «Parce que l'on n'ose pas se dédire. Quand vous avez obligé les gens à porter pendant un an un masque en extérieur, il faut que vous prépariez l'opinion avant de leur dire que finalement, ça servait à rien. Alors là, pour le coup, tous les épidémiologistes interrogés, y compris Antoine Flahaut, qui n'est quand même pas vraiment un rassuriste, qui est plutôt un enfermiste, dit que le masque en extérieur, cela ne sert à rien. Je ne sais pas ce que l'on attend pour dire aux gens, finalement, cela ne servait à rien. Au lieu de cela, il paraît qu'il y a des arrêtés pour porter le masque cet été sur la plage. Cela n'a aucun sens. Il faut que cela change.» Alain Marschall: «Bon nombre de vos confrères disent quand même que quand on est les uns à côté des autres, que l'on chante, que l'on danse ou que l'on parle, hormis faire ça en plein Mistral, l'aérosolisation et la projection sont quand même là et que rester en extérieur à 15 cm, 30 cm les uns des autres à 6 ou 7, on est quand même, même en étant en extérieur, dans une phase de contamination. Alors c'est pour ça que c'est compliqué. C'est quand même compliqué.»

«Ces gens-là, on a l'impression que ce sont des super experts mais ils n'y connaissent rien»

Martin Blachier: «Qui sont ces gens ? Non, mais c'est bien, c'est Jérôme Marty qui dit cela ?» Alain Marschall: «Non, non, ce n'est pas Jérôme Marty.» Martin Blachier: «Parce qu'il y a des physiciens, chez Dassault Systèmes, il y a des physiciens qui font de la mécanique des fluides et qui ont mis ça en équation. Je veux dire, il y a des gens dont c'est le métier, ils modélisent la propagation de cet aérosol de virus dans l'air et qui vous disent que ce n'est pas possible. Donc, si ces gens-là, mais qu'on ne voit pas, vous disent que c'est impossible et s'il y a Jérôme Marty en face, qui vous dit que c'est extrêmement grave, moi, je crois le physicien, je ne crois pas Jérôme Marty. Ces gens-là, on a l'impression que ce sont des super experts mais ils n'y connaissent rien, je suis désolé. On nous impose la compétence»

«Dans deux ou trois mois, on va le dire que cela ne sert à rien»

Alain Marschall: «D'accord mais vous avez quand même entendu le premier ministre nous dire à l'intérieur, d'accord, et à l'extérieur pas plus de 6, à l'extérieur!» Martin Blachier: «Sur quoi sont basées ces recommandations ?» Alain Marschall: «Il y a un conseil de défense, il y a un conseil scientifique!» Martin Blachier: «Le problème, c'est que vous allez voir dans deux ou trois mois, on va le dire que cela ne sert à rien, on va le dire qu'en extérieur, ce n'est pas possible et qui reviendra là-dessus ? Personne! Il n'y aura aucun journaliste pour dire mais vous nous avez dit pendant un an qu'il fallait porter le masque en extérieur. Non, parce qu'on va passer à autre chose. Et c'est cela le problème, c'est que ce n'est pas grave de dire n'importe quoi. Les gens viennent dire des choses comme ça sur les plateaux, ils n'ont même pas lu les publications, ils ne savent même pas.»



Partager cette page