SOCIAL

Publié le 07 juin 2022

Crédit vidéo : France Bleu

Source : https://francebleu.fr/

Élisabeth Borne exhorte une auditrice handicapée à reprendre le boulot

Élisabeth Borne était l'invitée de l'émission « Ma France » diffusée sur France Bleu ce mardi 7 juin 2022.

« J'ai eu un très grave accident, je me retrouve en fauteuil »

Dolores (auditrice) : « Oui, bonjour à vous tous. Bonjour Madame le Premier Ministre. » Élisabeth Borne : « Bonjour. » Dolores (auditrice) : « Voilà, je me permets de vous appeler pour savoir si l'État compte faire quelque chose pour les personnes qui sont handicapées. Malheureusement, j'ai eu un très grave accident. Je me retrouve en fauteuil, je ne peux plus travailler. J'ai fait la demande d'AAH. Et dans la mesure où mon époux touche 1 810 € par mois, malgré qu'on ait un loyer de 1 000 € sur Nice, on me dit que j'ai droit à rien parce qu'on dépasse le plafond à nous deux. Ça fait que, si vous voulez, j'ai rien. Si je n'ai pas mon époux aujourd'hui, je serai dans la rue, quoi. » Wendy Bouchard : « Merci Dolores, on comprend votre émotion, vous qui demandez donc l'allocation d'adulte handicapé, mais il y a ce problème de plafond. Alors c'est toujours compliqué, parce qu'il y a ces barèmes, il y a ces critères, Élisabeth Borne. »

« On peut vous accompagner pour que vous puissiez peut-être reprendre une activité professionnelle »

Wendy Bouchard : « Et quand on est un peu en dessous ou un peu au-dessus, on n'est pas éligible. Et ça, ça crée des situations de détresse, comme Dolores l'exprime. » Élisabeth Borne : « Alors moi j'entends votre émotion, Dolores, et je pense qu'il faut absolument qu'on puisse vous trouver une solution. D'abord, en tant que personne handicapée, vous avez droit à des aides pour votre vie courante, pour que vous puissiez continuer à vivre normalement, à vous déplacer par exemple. » Wendy Bouchard : « Ça, vous le savez, Dolores. » Élisabeth Borne : « Et ça, il y a des aides qui ne sont pas du tout sous conditions de ressources. Et puis ensuite, il y a la façon dont on peut vous accompagner pour que vous puissiez peut-être reprendre une activité professionnelle. J'imagine que c'est quelque chose que vous pourriez souhaiter. Et là, il y a des structures dont c'est la responsabilité. » Wendy Bouchard : « Dolores ? »

« J'adore quand Madame le Premier Ministre dit de reprendre une vie professionnelle »

Dolores (auditrice) : « Oui, je vous écoute. Mais j'adore quand Madame le Premier Ministre dit de reprendre une vie professionnelle. Vous savez, quand vous arrivez en fauteuil, excusez-moi, mais... » Élisabeth Borne : « J'entends votre émotion, Dolores. Je pense que... Enfin, je pense qu'il ne faut pas considérer que les employeurs doivent fermer la porte à des personnes en fauteuil roulant. Mais peut-être ce n'est pas le moment de parler de cette hypothèse de reprise de l'activité professionnelle. » Wendy Bouchard : « Déjà vous accompagner. » Élisabeth Borne : « Déjà vous accompagner, et des aides sans conditions de ressources existent. Donc il faut que vous puissiez en bénéficier. On sait par ailleurs qu'il y a la situation du conjoint et l'impact que ça peut avoir sur l'allocation adulte handicapé. Le président de la République l'a évoqué au cours de la campagne. Donc on va regarder ce sujet. En tout cas, ce que je peux vous dire, c'est qu'il y a certainement des aides, quelles que soient vos ressources. »



Partager cette page