SOCIAL

Publié le 12 octobre 2021

Crédit vidéo : Livre Noir

Source : https://bit.ly/3FCZOQg

«La dictature parfaite aura l'apparence de la démocratie» François Boulo et la société selon Aldous Huxley

L'avocat François Boulo était l'invité de la web-tv «Livre Noir». Extrait de l'entretien diffusé ce dimanche 10 octobre 2021.

«La dictature parfaite aura l'apparence de la démocratie»

L'interviewer: «Une citation, et j'aimerais que vous la commentiez. Celle-ci est d'Aldous Huxley. C'est dans Le meilleur des mondes : " La dictature parfaite aura l'apparence de la démocratie, une prison sans murs dans laquelle les prisonniers ne rêveront jamais de fuir. Un système d'esclavage où grâce à la consommation et au plaisir, les esclaves vont adorer leur esclavage. "» François Boulo: «Je crois que c'est la citation, en tout cas je n'en ai pas trouvée qui illustre mieux la situation qui est la nôtre dans l'esprit de la majorité des citoyens. Je dis citoyens, je devrais dire consommateurs, parce que c'est précisément là le problème. C'est que la plupart des gens aujourd'hui sont des consommateurs et sont très contents d'être dans cette situation. Et l'une des principales caractéristiques, c'est qu'ils ne s'intéressent pas à la vie de la cité. Ils ne cherchent pas à comprendre ce qu'il se passe plus loin, ce qu'il se passe dans l'espace public, ce qu'il se passe en politique. Les gens sont résignés et écœurés pour des raisons qui sont compréhensibles.»

«Beaucoup de gens se sont réfugiés dans ce système»

François Boulo: «Mais toujours est-il que beaucoup de gens se sont réfugiés dans ce système de consommation et de divertissement. On ne leur a pas non-plus donné les moyens de comprendre ce qu'il se passe en politique, de comprendre quelles sont les normes qui régissent la vie de la cité. Et sur ce terreau d'ignorance prospèrent des personnes très très privilégiées qui constituent une nouvelle caste, les 0,1 / les 0,01% qui dirigent le pays. En fait plutôt ceux qui se gavent de privilèges et de revenus mais qui oublient précisément de le diriger. Ce sont des gens qui, pour la plupart, n'ont plus aucune responsabilité et ils sont en train de mener le pays à la dérive. Et donc ça, ce sont les données de base du problème. Une élite complètement déconnectée et décadente et une masse amorphe qui a dissous ses désirs dans la consommation et le divertissement.»



Partager cette page