SOCIAL

Publié le 15 août 2022

Crédit vidéo : ORTF

Source : https://www.ina.fr/

La prémonition de Georges Brassens sur le conformisme : « L'homme est en train de disparaître en tant qu'individu »

Georges Brassens intervenait lors d'un entretien avec le réalisateur Claude Santelli en 1969 sur l'ORTF.

« L'homme est en train de disparaître en tant qu'individu »

Claude Santelli : « Qu'est-ce qui est le plus grave dans l'avenir du monde pour vous ? Ne parlons pas de problèmes de cataclysmes guerriers, etc. Mais simplement un certain monde nouveau où les hommes ne vivront... » Georges Brassens : « Ce qui est peut-être plus grave, c'est que l'homme perd de son individualité. Son espace de liberté, la liberté, je parle de la liberté individuelle. La petite liberté que nous avons encore un petit peu quoi, cette espèce de liberté de penser tout seul, même de penser qu'on va se raser de telle manière, qu'on va se peigner de telle manière, alors qu'aujourd'hui, il semble que cette liberté soit complètement réduite à néant. Il semble qu'on n'achète pas un paquet de cigarettes, qu'on n'achète pas une pipe, qu'on n'achète pas une corde de guitare ou une boisson quelconque sans avoir été, pour employer un mot que je n'aime pas beaucoup, conditionné par tout ce... Avec des espèces de groupes qui viennent autour de nous et qui nous crient ça aux oreilles. " Il faut boire ça, il faut... " Je crois que c'est ça le plus grave. C'est que l'homme est en train de disparaître en tant qu'individu. »

« Il semble que les hommes n'en aient plus besoin »

Georges Brassens : « Il n'est pas dit que ça soit définitif, mais en ce moment, ça en prend bien le chemin. Regardez, autrefois, vous voyez les femmes. Quand une femme était belle, elle était belle toute seule. Aujourd'hui, vous rencontrez une femme qui est très belle. Vous lui donnez rendez-vous. Le lendemain, c'est une autre qui vient, vous ne faites pas la différence. Elles ont les mêmes yeux, le même regard, le même déhanchement. Elles sont chaussées de la même manière. Elles ont le même timbre de voix. Elles ont la même couleur de peau, elles ont reçu les mêmes rayons ultraviolets. Tout le monde se ressemble. » Claude Santelli : « Et tout le monde souhaite se ressembler. » Georges Brassens : « Fâcheusement, aujourd'hui, de plus en plus, oui. Il semble bien que la plupart des hommes n'aient pas besoin d'être différents les uns des autres, alors que ce qui est important chez un être auquel... Chez un autre que soi-même, ce sont les différences. Ce qui peut nous plaire dans un autre, c'est qu'il est différent de nous. Il semble que les hommes n'en aient plus besoin. Mais peut-être même est-ce par accident qu'ils ont été différents les uns des autres ? Parce qu'ils n'avaient pas les moyens d'être autrement. »



Partager cette page