ÉCONOMIE

Publié le 23 janvier 2022

Crédit vidéo : France Télévisions

Source : https://france.tv/

«La richesse se fait sur le dos des autres» Philippe Poutou vide son sac chez Ruquier

Philippe Poutou était l'invité de l'émission «On est en direct» diffusée ce samedi 22 janvier 2022 sur France 2.

«Les riches s'enrichissent parce qu'ils piquent l'argent à la société»

Philippe Poutou: «Tout le monde sait qu'il y a des richesses indécentes, qu'il y a des richesses énormes. Soit ça choque, soit ça ne choque pas. Nous, on voit bien qu'il y a plein de gens qui ne sont pas choqués par ça. Parce qu'il y en a qui sont plus choqués quand on discute d'un SMIC à 1800 euros ou d'essayer de discuter d'un salaire décent pour des millions de gens, mais par contre, que des gens puissent avoir des dizaines de milliards d'euros cumulés dans leurs coffres-forts. Enfin là, c'est même plus des coffres-forts, là ça ne choque plus personne. Parce que la richesse des milliardaires, car on dit : les milliardaires, ils sont hyper malins, ils sont innovants, ils ont des super diplômes, ils bossent tout le temps et tout ça, mais que dalle! En fait, les riches s'enrichissent parce qu'ils piquent l'argent à la société, parce qu'ils piquent l'argent au collectif. Et on le voit d'ailleurs, ça correspond au démantèlement des services publics, ça correspond à la destruction de tout ce qui peut être solidarité, aides sociales. Et il n'y a pas de mystère, la richesse elle se fait sur le dos des autres. Ces ultra-riches qui ont une indécence de dingue, nous on dit qu'ils volent l'argent. Ils volent l'argent au collectif, ils volent l'argent de la société. Donc la question c'est de reprendre ce qu'ils nous ont volés.» Léa Salamé: «Vous en pensé quoi de ça ?»

«L'ultra richesse, elle correspond exactement à l'appauvrissement d'une bonne partie de la population»

Laurent Ruquier: «Ce qu'elle en pense c'est terrible. Parce qu'autant on peut trouver effectivement que monsieur Poutou est peut-être un peu trop radical, mais autant, moi aussi je suis choqué par ce qu'écrit Agnès Verdier-Molinié quand elle dit : il n'y a pas assez de milliardaires en France.» Agnès Verdier-Molinié: «Bah oui.» Laurent Ruquier: «Ça alors franchement, c'est formidable.» Agnès Verdier-Molinié: «Deux fois moins qu'en Allemagne.» Laurent Ruquier: «Et alors ?» Agnès Verdier-Molinié: «Eh bien justement, il y a plus de chômeurs en France. Plus de travailleurs pauvres.» Laurent Ruquier: «Trop de pauvres, pas assez de milliardaires ?» Agnès Verdier-Molinié: «Non mais c'est ça notre intérêt ? C'est d'avoir moins de milliardaires et plus de pauvres ? Non, ce n'est pas notre intérêt, notre intérêt c'est d'avoir des personnes qui investissent dans les entreprises.» Laurent Ruquier: «Notre intérêt c'est qu'il y ait moins de pauvres. Mais est-ce que notre intérêt, c'est qu'il y ait plus de milliardaires ?» Agnès Verdier-Molinié: «Le problème, c'est qu'en plus, là-bas, ils transmettent les entreprises de génération en génération dans leur territoire. Et ils ont compris que garder les entreprises dans les territoires, ça permet aux familles de vivre.» Philippe Poutou: «L'ultra richesse, elle correspond exactement à l'appauvrissement d'une bonne partie de la population. Les richesses ne s'accumulent pas dans un pôle, sans que l'on voit les dégâts qu'il peut y avoir à côté. Donc, en fait, il n'y a un lien. Donc plus de milliardaires, ça voudra dire plus de pauvres.»



Partager cette page