POLITIQUE

Publié le 03 avril 2022

Crédit vidéo : CNews

Source : https://cnews.fr/

« Les Français n'ont pas voté pour des managers » Mathieu Slama met en exergue une affaire d'État

Mathieu Slama était l'invité de l'émission « Soir Info Week-End » diffusée ce samedi 2 avril 2022 sur CNews.

« C'est une affaire d'État »

Eliot Deval : « Mathieu Slama, c'est une affaire d'État, un faux sujet ? » Mathieu Slama : « Non, c'est une affaire d'État. Je suis totalement en désaccord avec vous là-dessus. Pourquoi ? Premièrement, d'abord, les montants donnés aux cabinets de conseil ont explosé sous Emmanuel Macron. Donc ça veut dire que c'est quand même un système qui s'est mis en place, sous Emmanuel Macron. Ça existait avant, mais lui, il l'a énormément renforcé. Ensuite, on se rend compte de quoi ? On se rend compte que, notamment chez McKinsey, vous avez tout un tas de personnes qui ont travaillé pendant la campagne d'Emmanuel Macron, plus ou moins bénévolement, en tout cas bénévolement, et qui ensuite, évidemment, ont continué à soutenir le président de la République. Et donc, évidemment ça pose la question des conflits d'intérêts et du renvoi d'ascenseur, etc. En tout cas, la question se pose là-dessus. Ensuite, on s'est rendu compte de quoi ? Que McKinsey fait de l'optimisation fiscale et ne paye aucun impôt, quasiment, en France, et ce, depuis des années. Et Bercy n'a rien vu. Et Bercy décide de faire un redressement fiscal quand ? Un mois après le lancement de l'enquête du Sénat. »

« Des managers qui décident de politiques publiques »

Mathieu Slama : « Le Sénat, pour le coup, a été formidable, a joué son rôle de contre-pouvoir et s'intéresse à cette question-là. Pour Bercy et pour le gouvernement, il n'y avait pas de problème d'optimisation fiscale de McKinsey. » Eliot Deval : « Je rappelle pour les téléspectateurs que le rapport sénatorial du 16 mars a mis en exergue l'étroite collaboration du gouvernement avec les cabinets de conseil. Une collaboration notamment accentuée par la crise sanitaire. » Mathieu Slama : « Et juste, dernière chose. Le fait que la politique de vaccination, la politique du logement, la politique de santé, et d'autres politiques encore, aient été sous influence de PowerPoint de cabinets de conseil, ça, c'est aussi un scandale d'État, parce que, voyez-vous, les Français, ils n'ont pas voté pour Emmanuel Macron pour que ce soit ensuite des cabinets de conseil qui fassent des recommandations en termes de politiques publiques. Et ça, si vous voulez, cette question, en gros, des managers qui décident de politiques publiques, ça aussi, c'est quelque chose de très très grave et qui est totalement antidémocratique. »



Partager cette page