POLITIQUE

Publié le 18 décembre 2021

Crédit vidéo : CNews

Source : https://cnews.fr/

Allons-nous franchir un palier de plus ? «Olivier Véran veut proposer des contrôles d'identité dans les bars et les restaurants»

Élodie Huchard intervenait lors de l'émission «La belle équipe» diffusée sur CNews ce samedi 18 décembre 2021.

«Olivier Véran veut proposer des contrôles d'identité dans les bars et les restaurants»

Sami Sfaxi: «Élodie Huchard, on parlait pendant la pause d'Olivier Véran qui veut proposer des contrôles d'identité dans les bars et les restaurants. On passe là encore une fois un palier supplémentaire ?!» Élodie Huchard: «Oui, parce quon sait que depuis l'instauration du passe sanitaire, il y a des faux QR codes ou des personnes qui utilisent les QR codes, par exemple de leurs parents. Et effectivement, quand le restaurateur va scanner, il peut y avoir une date de naissance qui s'affiche et qui ne correspond pas à la personne. Mais si vous n'avez pas les moyens de faire des contrôles d'identité, de toute façon, les restaurateurs et les commerçants n'ont pas moyen de faire quoi que ce soit. Et effectivement, le ministre de la Santé dit vouloir aller plus loin et d'avoir cette réflexion dans le cadre du débat parlementaire sur la possibilité de faire des contrôles d'identité. Tout à l'heure, le ministre du Tourisme nous disait qu'il ne fallait pas appeler ça " Contrôles d'identité ", mais quand même, globalement, il faudra montrer votre date de naissance et vos papiers d'identité pour pouvoir comparer et que ce soit bien le bon. Et c'est ce que l'on disait tout à l'heure, on voit que le gouvernement franchit un pas de plus. Parce qu'en fait, il y a quelques mois, il n'en était pas là. Et là de nouveau. Olivier Véran remet ça sur le tapis.»

«À mon avis il y a un problème de légalité»

Sami Sfaxi: «Georges, ça avait été sorti du texte précédent et ils veulent le remettre.» Georges Fenech: «La question qu'il y a sur le contrôle d'identité, on comprend la finalité. Mais qui va exercer ce contrôle ?» Sami Sfaxi: «Bah les restaurateurs ?» Georges Fenech: «Non, ça ce n'est pas possible. À mon avis il y a un problème de légalité. Contrôler d'identité c'est ou des EPJ ou des APJ, Officier ou Agent de police judiciaire. Vous ne pouvez pas investir un citoyen lambda de prérogatives qui relèvent de la puissance publique. Ça ce n'est pas possible. Je pense qu'il va y avoir un vrai problème de légalité pour cette procédure. Et qui plus est, vous allez créer des tensions terribles. Confier à des restaurateurs le droit de vous contrôler dans votre identité, vous vous imaginez les tensions que ça peut créer. Donc, je ne vois pas du tout, à moins de mobiliser alors toutes les polices municipales, toutes les polices nationales.» Sami Sfaxi: «Non, mais ça c'est impossible.» Georges Fenech: «Donc, je ne sais pas comment on pourrait mettre en place des contrôles d'identité dans le cadre de la légalité.» Pierre Lellouche: «Moi je crois qu'il faudra trouver le moyen.»

«Rappelez-vous ce que c'est qu'un état de guerre»

Sami Sfaxi: «Vous êtes pour ?» Pierre Lellouche: «Oui, bien sûr que je suis pour. Parce que les fraudes, c'est les gens qu'ils le payent à l'arrivée. Quand ils arrivent à l'hôpital avec un faux code ou un faux certificat et bien ils meurent. Donc dans leur intérêt et l'intérêt des autres qui vont être contanminés...» Sami Sfaxi: «Mais vous comprenez que ça puisse choquer, ça interpelle ?!» Pierre Lellouche: «Moi, je reviens à ce qu'a dit le président de la République au tout début de cette affaire, il a dit : " Nous sommes en guerre. " Quand on est en guerre, il y a des limitations sur les libertés individuelles, sur l'information... Rappelez-vous ce que c'est qu'un état de guerre. Le déplacement, l'information. Ou bien on prend cette affaire au sérieux ou on fait un peu de boulgui-boulga, on attend que ça s'arrange. Encore une fois, c'est Macron qui le dit et d'autres aussi. Celui qui contrôle cette affaire, c'est le virus. Ce n'est pas monsieur Macron, ce n'est pas monsieur Biden. Ou bien on se met au diapason, ou bien on va continuer à être dans une mouise pas possible.»



Partager cette page