POLITIQUE

Publié le 23 mars 2022

Crédit vidéo : Public Sénat

Source : https://publicsenat.fr/

Cette sénatrice dévoile les pratiques de McKinsey : « Ils font des copier-coller de documents »

Éliane Assassi était l'invitée de l'émission « Sens Public » diffusée sur Public Sénat ce vendredi 18 mars 2022.

« Phénomène tentaculaire et opaque »

Thomas Hugues : « Travail de longue haleine, on le disait : 40 auditions, 47 personnes entendues, 7300 documents analysés, le tout en quatre mois d'enquête. Et donc, ces mots qui moi m'ont frappé : phénomène tentaculaire et opaque. Je vais commencer par le " tentaculaire ". Pourquoi est-ce tentaculaire ? Quelles sont les politiques publiques concernées ? Un peu toutes ? » Éliane Assassi : « Oui. Quand on dit tentaculaire, je pense que ça prend tout son sens, parce qu'effectivement, il y a un moment où on ne sait plus qui fait quoi, qui est l'émetteur, qui est celui qui répond à une commande. Je vous rajoute les sous-traitants, etc. Donc tout ça part de façon complètement dispersée et on a du mal, des fois, à retrouver, en fait, non seulement les livrables, mais on a du mal à retrouver qui est à l'origine et qui est maître d'œuvre dans ces affaires. »

« Effectivement, son logo n'apparaît pas sur ce document »

Éliane Assassi : « Donc c'est vraiment ce qui nous amène à penser, et je l'ai pensé immédiatement au début de la commission d'enquête, qu'il y avait effectivement un manque de transparence évident. » Thomas Hugues : « Donc là, on revient sur l'opacité. Par exemple, moi, ça m'a frappé dans vos conclusions : il n'y a pas forcément le logo du cabinet qui travaille sur les documents qui sont fournis. C'est-à-dire que ça peut être pris pour un document ministériel. » Éliane Assassi : « Alors, ce qui n'est pas toujours vrai. » Thomas Hugues : « Oui, c'est dans certains cas. » Éliane Assassi : « C'est pour certains cas, et ça a été le cas notamment durant la crise sanitaire, où nous savons, nous avons le document qui existe, et nous savons qu'il a été réalisé par McKinsey. Mais effectivement, son logo n'apparaît pas sur ce document. »

« Ils font des copier-coller de documents »

Éliane Assassi : « Or, on s'aperçoit que le même document, avec des chiffres et des graphismes différents, a été produit par McKinsey en Australie. C'est-à-dire qu'ils font des copier-coller de documents qu'ils remettent à d'autres pays que la France. Et ils cachent le fait... » Laetitia Krupa : « C'est moins cher, du coup ? » Éliane Assassi : « Je ne suis pas sûre que ce soit moins cher. Mais ce qui est plus grave, c'est que ces documents qui sont simplement estampillés du logo du ministère, partent – et ça, nous le savons –, sont partis, plus exactement, au Conseil de défense. Moi, je suis parlementaire, je ne sais pas ce qui se passe au Conseil de défense. Je ne sais pas qui est membre de ce Conseil de défense. Donc ça renforce aussi le sujet de l'opacité et du manque de transparence. »



Partager cette page