POLITIQUE

Publié le 20 mai 2021

Crédit vidéo : RT France

Source : https://francais.rt.com/

«Ils se mettent en scène comme des libérateurs, alors qu'ils ont réduit nos libertés» Alexis Poulin

Alexis Poulin était l'invité du journal de la chaîne RT France ce mercredi 19 mai 2021.

«Ceux qui ont fermé les commerces dits non-essentiels pendant de longs mois, se mettent en scène comme les grands libérateurs»

Alexis Poulin: «Tout le gouvernement était sur une terrasse avec un café, à l'abri des gouttes, ça montre simplement que ceux qui ont fermé les commerces dits non-essentiels pendant de longs mois, se mettent en scène comme les grands libérateurs parce qu'ils ont décidé qu’aujourd'hui, c'était le jour où ça rouvrait. Rien ne prouvait que c'était pour aujourd'hui, c'était vraiment une fois encore décidé dans le cercle très fermé des conseils de défense sanitaire. Aucun vote, aucune transparence sur ces jugements de l'épidémiologiste en chef. Et donc, ils se mettent en scène comme des libérateurs alors qu'ils sont ceux qui font que les libertés ont été réduites.»

«Faire croire que l'on va retrouver une vie d'avant, alors qu'il n'en est rien»

Alexis Poulin: «Malgré la vaccination qui s'accélère, il faut garder le masque, il faut garder la distanciation physique. On est toujours dans ces ordres qui sont des contre-ordres. Donc, il faut aller en terrasse comme il fallait aller au théâtre avant de confiner une semaine plus tard. Mais toutefois: "faites attention quand même !". Donc, on est loin de retrouver la vie d'avant et je pense que c'est ça le plus cruel. C'est de faire croire que l'on va retrouver une vie d'avant, alors qu'il n'en est rien, que l'on est toujours dans une vie Covid avec de nombreuses personnes qui sont aujourd'hui en réanimation, avec toujours des taux assez élevés en France notamment. Donc, on se demande pourquoi tout cela est fait, si ce n'est pour pousser le temps, puisque Emmanuel Macron veut reprendre la main sur les horloges et lancer la campagne des Régionales. Il veut également assurer le lancement de sa campagne présidentielle. Se mettre en scène comme le grand libérateur, alors qu'il est évidemment celui qui a mis l'économie à l'arrêt, celui qui a fermé les commerces non-essentiels de manière totalement péremptoire. C'est-à-dire qu'il n'y a eu aucun débat comme le choix de ne pas confiner en janvier pour finalement arriver à 6 mois de couvre-feu.»

«On décale simplement le choc des faillites»

Alexis Poulin: «On vit dans un monde totalement absurde depuis un an. Alors on nous dit que c'est pour des raisons sanitaires, mais quand même, on est en droit de se demander si c'est justifié à ce point-là. Et aujourd'hui, arriver comme ça à se mettre en scène en terrasse pour dire: "Allez, c'est parti! Allons-y!". C'est un peu la méthode Coué. Avec un Bruno Le Maire qui passe son temps à parler de rebond, à dire que la croissance va exploser dès que les magasins vont rouvrir. Or, compte-tenu de la chute du PIB de 8,4% l'an dernier. Si on a la chance de rattraper les wagons, ce sera le minimum. Mais déjà, de nombreux établissements ont prévu de fermer. Le monde de la nuit est totalement oublié. Et plein d'autres secteurs sont aussi oubliés de ces mesures. On sait très bien que les mesures de soutien à l'économie vont progressivement disparaître. Et là, le choc sera terrible. On décale simplement le choc des faillites, en sachant très bien qu'elles seront nombreuses, malheureusement, et que de nombreux établissements ne vont pas pouvoir rouvrir parce que c'est impossible compte-tenu du climat, compte-tenu aussi de ces mois de non-activité forcée par cet exécutif qui, aujourd'hui, se met en scène comme les grands sauveurs.»



Partager cette page