POLITIQUE

Publié le 12 juin 2022

Crédit vidéo : BFM

Source : https://bfmtv.com/

La lycéenne qui a interpellé Macron explique sur BFM avoir été intimidée par des gendarmes

Laura, la lycéenne qui a interpellé Emmanuel Macrom, intervenait lors de l'émission « Week-End Direct » diffusée sur BFM TV ce samedi 11 juin 2022.

« La jeune femme parle d'intimidation »

Alice Darfeuille : « Lors d'un déplacement du président de la République dans le Tarn, vous les avez peut-être vues circuler, ces images, sur les réseaux sociaux et surtout ensuite sur la visite qu'a reçue la lycéenne en question. Ça a eu lieu moins de 24 h après son échange avec le président de la République. Une visite de la gendarmerie. Alors la jeune femme parle d'intimidation. Ce qui n'est pas exactement la version des gendarmes de Gaillac. » C'est en marge d'un déplacement dans le Tarn qu'Emmanuel Macron a été interpellé par une lycéenne sur la composition de son gouvernement. Laura (Lycéenne) : « L'objectif principal de votre quinquennat, c'est l'égalité des femmes et la protection des femmes qui sont vi*lentées. En attendant, vous mettez à la tête de l'Etat des hommes qui sont accusés de vi*ls et de vi*lences pour les femmes. Pourquoi ? »

« Vous n'auriez pas dû faire ça »

Emmanuel Macron : « Non, j'étais là en train d'en parler. Parce que je suis pour la libération de la parole et je l'ai accompagnée et je continuerai de l'accompagner, de la protéger. Mais en même temps pour fonctionner en société... » Très vite, la vidéo fait le tour des réseaux sociaux et est vue plusieurs millions de fois. Le lendemain de l'échange, alors en cours, Laura reçoit la visite des gendarmes dans son lycée. Laura (Lycéenne) : « Ce n'est pas anodin d'être sortie de son cours pour être interrogée par la gendarmerie. Les mots que la gendarme m'a dits c'est : " Vous n'auriez pas dû faire ça. Il y avait d'autres façons d'interpeller le Président en lui écrivant par exemple, en s'adressant à des journalistes ou en s'adressant à des associations. " » Critiquée, la gendarmerie du Tarn a tenu à s'expliquer dans un communiqué de presse. Il justifie cette visite par le fait que Laura a été victime d'agressions se*uelles par le passé.

« Selon la jeune femme, cette visite relève de l'intimidation »

La gendarmerie du Tarn : « Notre action visait simplement à prendre en compte cette personne qui s'était présentée comme victime pour lui proposer de recueillir une éventuelle plainte. » Mais selon la jeune femme, cette visite relève de l'intimidation. Elle ne regrette pas son geste. Laura (Lycéenne) : « Un professeur qui serait accusé, même s'il n'est qu'accusé, aucun parent n'accepterait de leur confier son enfant. Donc, je me demande pourquoi on confit notre pays, les citoyens de la France, à des gens qui sont accusés de vi*lences. Et je ne suis pas la seule à me poser la question, puisque je vois bien avec les retombées médiatiques que pas mal de monde se pose la question. Et je n'ai pas eu de réponse. Donc certes, il y a des retombées médiatiques, mais à côté de ça, je n'ai pas de réponse. » La gendarmerie précise par ailleurs qu'il n'y a eu aucune infraction dans l'interpellation d'Emmanuel Macron par la jeune femme.


Partager cette page