POLITIQUE

Publié le 13 avril 2022

Crédit vidéo : C8

Source : http://c8.fr/

Manuel Valls, soutien de Macron, se fait dézinguer par Fabrice Di Vizio

Fabrice Di Vizio était l'invité de l'émission « TPMP » diffusée sur C8 ce lundi 11 avril 2022.

« Un gouvernement qui a été le gouvernement du mépris »

Fabrice Di Vizio : « On sort d'un quinquennat Macron, qui a été, il faut être honnête, dévastateur ! Alors je comprends que M. Valls ne puisse pas l'entendre, puisqu'il n'était pas là. Donc forcément, juger un quinquennat d'un président de la République... Bah c'est vrai, le fait est que vous étiez à Barcelone, et moi aussi, probablement que j'aurais apprécié le quinquennat Macron ; en tout cas, je l'aurais moins détesté si je n'avais pas eu à le subir, si vous voulez. Nous sommes dans un gouvernement qui a été le gouvernement du mépris, qui a été le gouvernement des petites phrases. On est quand même en plein scandale McKinsey ! Ça interroge d'ailleurs, ça interroge le point de savoir si, au moment où Emmanuel Macron était ministre de l'Économie sous le gouvernement de M. Valls, McKinsey était déjà présent dans le gouvernement. Nous avons laissé les clés, si vous voulez, du gouvernement français à un cabinet de conseil condamné aux Etats-Unis pour des faits d'une extrême gravité. »

« Monsieur Valls, vous étiez en France pendant ces cinq ans ? »

Fabrice Di Vizio : « C'est un scandale qui a valu... Moins que ça a valu la campagne à François Fillon en 2017 ! Vous vous êtes rendu compte que dans ce quinquennat, vous n'aviez finalement qu'un quinquennat du copinage et du mépris... Les classes moyennes se sont appauvries, les classes populaires se sont appauvries, vous avez vu les Gilets jaunes, on a eu une répression sans égale. Les non-vaccinés qu'il faut emm*rder, mais attention, il a dit maintenant : " chaleureusement ou amicalement ", a-t-il dit. » Manuel Valls : « Tout ce qui est exagéré, tout ce qui est absurde... » Fabrice Di Vizio : « Qu'est-ce qui est exagéré, Monsieur Valls ? » Manuel Valls : « Tout ce que vous dites. » Fabrice Di Vizio : « Dites-moi donc ? Le cabinet de conseil McKinsey est exagéré, Monsieur Valls ? » Manuel Valls : « Le ton. De dire que... » Fabrice Di Vizio : « Non mais Monsieur Valls, vous étiez en France pendant ces cinq ans ? Non mais, excusez-moi Monsieur Valls, mais vous venez effectivement juger... Pardonnez-moi... »

« C'est quand même singulier de venir défendre le bilan de quelqu'un sous lequel vous n'avez pas voulu rester »

Manuel Valls : « Non mais je ne vous pardonne pas, en plus. » Fabrice Di Vizio : « Non mais vous comprenez bien que, quand même, vous venez soutenir un candidat que vous avez fui en partant à l'étranger ! C'est quand même singulier de venir défendre le bilan de quelqu'un sous lequel vous n'avez pas voulu rester. J'ai vécu cinq ans à l'étranger moi-même, en l'occurrence, effectivement. Et je vous assure, j'étais à Rome pendant cinq ans, et je vous garantis une chose, c'est que lire ce qui se passe en France, entendre ce qui se passe en France ou vivre ce qui se passe en France... Si vous aviez été présent, Monsieur, vous l'auriez su. »

« Entendre un soutien d'Emmanuel Macron parler de tromperie, il fallait vraiment que je sois là pour l'entendre »

Manuel Valls : « Mais lui, il a dû faire face – c'est aussi l'une des raisons pour lesquelles je le soutiens – à des crises majeures : sociales, les Gilets jaunes, suivis d'un grand débat ; la pandémie, qui n'a pas touché que la France, avec en plus une confrontation en France. Ça, je l'ai observé de l'extérieur, là, vous avez raison. D'ailleurs, avec des personnalités, des personnages comme vous qui me paraissaient sur ces sujets-là, le mot " exagérés " est faible, mais être pas seulement dans la démagogie, mais dans un danger, dans une tromperie par rapport à nos compatriotes. Plus la crise... » Fabrice Di Vizio : « Entendre un soutien d'Emmanuel Macron parler de tromperie, il fallait vraiment que je sois là pour l'entendre. C'est exceptionnel, exceptionnel ! Bravo Monsieur Valls, vous avez réussi l'exploit de me surprendre ! »



Partager cette page