POLITIQUE

Publié le 06 mars 2021

Crédit vidéo : BFM

Source : https://bfmtv.com/

Olivier Véran est formel: Les résidents des Ehpad pourront sortir «s'ils sont vaccinés»

Olivier Véran, le ministre de la Santé était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi 5 mars 2021 sur BFM pour parler de la crise sanitaire.

«Les résidents des EHPAD vont pouvoir sortir s'ils sont vaccinés»

Jean-Jacques Bourdin: «Olivier Véran, quels droits de visite pour les familles dans les EHPAD ? Est-ce que les résidents des EHPAD vont pouvoir sortir ?» Olivier Véran: «Les résidents des EHPAD vont pouvoir sortir s'ils sont vaccinés avec au moins 15 jours de recul après la deuxième injection.» Jean-Jacques Bourdin: «C'est une autorisation.» Olivier Véran: «C'est ce que nous a demandé le Conseil d'Etat et nous avions, avant la décision du Conseil d'Etat, saisi ce qu'on appelle le Haut Conseil de santé publique qui nous avait encouragés à le faire donc nous rendons progressivement de la liberté. Mais vous savez, nous avons réussi à vacciner aller plus de 80 % des résidents dans les EHPAD. Il nous manque encore des soignants dans les EHPAD que nous devons vacciner pour vraiment les protéger. Et nous allons rendre le maximum de liberté à ces personnes âgées qui ont vraiment morflé depuis un an. Croyez moi, ce sera même un vrai bonheur que de pouvoir les voir sortir des EHPAD et retrouver une vie normale.»

«Moi, je ne commente pas les conseils de défense»

Jean-Jacques Bourdin: «Droits de visite dans les EHPAD et sorties possibles ?» Olivier Véran: «Le droit de visite existe, aujourd'hui, il est encadré.» Jean-Jacques Bourdin: «Oui, il est encadré.» Olivier Véran: «On ne prend pas de risques.» Jean-Jacques Bourdin: «Assoupli et possibilité de sortir ?» Olivier Véran: «Et possiblité de sortir.» Jean-Jacques Bourdin: «Bien. Olivier Véran, " Tant que vous avez des vaccins dans les frigos, je ne reconfinerai pas les gens. " Ce n'est pas moi qui ai dit ça, c'est Emmanuel Macron qui le dit.» Olivier Véran: «Vous étiez en conseil de défense ?» Jean-Jacques Bourdin: «Non.» Olivier Véran: «Moi, je ne commente pas les conseils de défense.» Jean-Jacques Bourdin: «Ça a été rapporté par des proches de l'Elysée donc je peux les croire.»

«Il y a 400 000 doses du vaccin AstraZeneca livré aux hôpitaux pour vacciner les soignants»

Olivier Véran: «Il y a 400 000 doses du vaccin AstraZeneca livré aux hôpitaux pour vacciner les soignants qui sont prioritaires, mais aussi les pompiers, les ambulanciers, les aides à domicile et que ces doses n'ont toujours pas trouvé preneur suffisamment vite. Nous en tirons les conséquences et nous demandons à ce que ces doses puissent être récupérées par les centres de vaccination pour les proposer à la population générale âgée de 50 ans et plus, atteinte de maladies qui les exposent à des risques de formes graves.» Jean-Jacques Bourdin: «A partir de ce week-end ?» Olivier Véran: «A partir d'aujourd'hui et ce week-end en particulier.» Jean-Jacques Bourdin: «A partir d'aujourd'hui ?» Olivier Véran: «Oui, action, réaction.» Jean-Jacques Bourdin: «Ces doses vont être récupérées pour être inoculées à des personnes qui en ont besoin.» Olivier Véran: «Oui, mais les soignants aussi en ont besoin donc dans le même temps, on travaille...»

«Beaucoup ne veulent pas en disant AstraZeneca, c'est dangereux»

Jean-Jacques Bourdin: «Mais les soignants ne veulent pas.» Olivier Véran: «Mais ce n'est pas qu'ils ne veulent pas.» Jean-Jacques Bourdin: «Et bien beaucoup ne veulent pas. Pardon, beaucoup ne veulent pas en disant AstraZeneca, c'est dangereux. On n'est pas sûr de ce vaccin.» Olivier Véran: «Je ne peux pas vous laisser dire que les soignants disent que le AstraZeneca est dangereux.» Jean-Jacques Bourdin: «Mais si, mais j'ai entendu tellement de témoignages, Olivier Véran.» Olivier Véran: «Non, Jean-Jacques Bourdin, les soignants, comme d'autres Français, comme d'autres catégories de français, ont pu hésiter avant d'accepter de se faire vacciner. Ils ont pu hésiter et c'est leur droit. Aujourd'hui, je les encourage, je leur écris une lettre ce matin pour les enjoindre à se faire vacciner et à se protéger pour eux et pour leurs malades parce que c'est fondamental. Et je suis convaincu que le taux de couverture vaccinale des soignants va augmenter dans notre pays. J'en suis, regardez moi, convaincu.»



Partager cette page