POLITIQUE

Publié le 24 décembre 2020

Crédit vidéo : RT France

Source : https://francais.rt.com/

Projet de loi nº 3714: vers des privations de liberté ?

Alexis Poulin était l'invité du journal de RT France ce mardi 22 décembre pour parler du projet de loi Nº 3714.

«À chaque fois qu'on rentre dans la loi, on perd en liberté»

Alexis Poulin: «Hier, Jean Castex a présenté en conseil des ministres ce projet de loi pour la gestion de crise sanitaire. L'idée, c'est de pérenniser l'état d'urgence sanitaire dans le droit commun avec l'accès à certains lieux en fonction d'un dépistage ou d'un vaccin, déroger au secret médical avec des fichiers personnalisés également, un état d'urgence sanitaire qui devait être temporaire et qui rentre dans la loi. C'est inquiétant parce qu'à chaque fois qu'on rentre dans la loi, on perd en liberté et on n'est pas sûr de les retrouver. Et donc, cet état d'urgence sanitaire, il arriverait par décret sans débat parlementaire ou seulement un mois après pour que le Parlement puisse se réunir. Et il donnerait un certain nombre de pouvoirs au gouvernement. Notamment, le ministre de la Santé pourrait décider d'imposer des mises en quarantaine, encadrées.»

«La confiance s'est perdue en hectolitres»

Alexis Poulin: «Le premier ministre, qui pourrait bloquer les prix et aussi procéder à des réquisitions de personnes ou de biens et ces pouvoirs qui sont donnés au gouvernement, pourraient être délégués également aux préfets. Et puis, cette mise à l'isolement obligatoire s'il en est pour des raisons sanitaires, elle pourrait être de plus de 14 jours avec l'aval d'un juge mais sinon, ce serait le fait du gouvernement. Pour le Conseil d'Etat, certaines de ces décisions sont susceptibles d'avoir des effets significatifs sur l'exercice des droits et des libertés constitutionnelles. Mais le Conseil d'Etat pense que cela va dans le bon sens puisqu'il s'agit d'encadrer ce fameux état d'urgence sanitaire. Ces derniers mois, la confiance s'est perdue en hectolitres quand on voit la gestion de cette crise, même si, lui pense qu'elle a été formidablement gérée.»

«C'est toujours le flou»

Alexis Poulin: «Il y a un rapport qui date d'octobre, intermédiaire, qui parle d'un manque d'anticipation, de défaut, de gestion assez grave. Lui, alors là, on touche le sommet de la dissonance cognitive dans cette interview, puisqu'à un moment, Emmanuel Macron dit que pour répondre à la défiance, il faut, me semble t il, pour ce qui concerne les responsables, mêler l'action, la cohérence et l'explication, voilà en tout cas la ligne que je me fixe. Or, quand on regarde Emmanuel Macron tous ces mois derniers, c'était à peu près tout sauf cette ligne-là qu'il s'est fixé. Il donnait comme ordre aux Français d'aller au théâtre avant de confiner. Il disait que les masques ne servaient à rien, mais finalement, ça sert, enfin son gouvernement. Et puis, c'est toujours le flou, l'incohérence qui ressort de ces différentes mesures. C'est de la communication classique.»

«Une réponse sanitaire désordonnée et qui est en train de créer une dette massive»

Alexis Poulin: «L'idée, c'est de brouiller les pistes et de dire que c'est la défiance qui affaiblit la démocratie, mais non pas le manque d'action de la part des responsables ou les mensonges de la part des responsables. En parlant bien sûr de complotisme, de scepticisme, sans jamais nommer les oppositions. Et puis, toujours cette idée que c'est l'Europe qui va nous sauver en disant que le doute existentiel, nous l'avons dépassé grâce au rêve européen. Ce rêve européen qui est en train de couper la Grande-Bretagne du continent avec le Brexit qui est compliqué, qui a fait une réponse sanitaire désordonnée et qui est en train de créer une dette massive. En conclusion, je dirais que pour comprendre finalement Emmanuel Macron et son action, il ne faut pas écouter ses discours ou lire sa pensée confuse plutôt que complexe, mais regarder ses actes parce que eux, ils parlent d'eux-mêmes.»



Partager cette page