POLITIQUE

Publié le 14 novembre 2021

Crédit vidéo : France 3

Source : https://france.tv/

Sur France 3, Jean-Luc Mélenchon perd son sang-froid: «Mais pour qui vous vous prenez?»

Jean-Luc Mélenchon était l'invité de l'émission «Dimanche en politique» diffusée sur France 3 ce dimanche 14 novembre 2021.

«Vous avez des chiffres et avec ça vous papotez pendant des heures sur les plateaux»

Frédéric Says: «Jean-Luc Mélenchon, vous entretenez un rapport parfois complexe vis-à-vis des sondages, vous les critiquez volontiers. Par exemple, récemment, vous avez tweeté : les résultats sont biaisés, c'est le terme que vous avez employé. Mais il arrive aussi que vous vous réconciliez de temps en temps avec les études d'opinion. Vous en avez partagé certaines, comme il y a encore quelques semaines à vos abonnés sur Twitter : " Je gagne un point dans tous les cas de figure. " C'était sur votre compte Twitter. Il n'y a pas si longtemps, d'ailleurs, vous qualifiez les sondages d'horoscope. Alors en parlant d'horoscope, je ne sais pas si vous êtes Verseau, mais n'êtes-vous pas versatile quand vous relayez les sondages en hausse et quand vous dénigrez les sondages quand ils sont en baisse ?» Jean-Luc Mélenchon: «Il faut bien trier. Qu'il y ait des sondages pour la forme des barquettes de poisson, qu'il y ait des sondages pour la couleur des pull-overs, pourquoi pas ? Mais sur les hommes politiques et sur la politique, non, parce que ça fausse tout. Mais on ne peut rien contre, parce que, vous autres journalistes, ça remplace votre travail de terrain, vous avez des chiffres et avec ça vous papotez pendant des heures sur les plateaux.» Francis Letellier: «Alors Frédéric ? Frédéric va vous...» Jean-Luc Mélenchon: «Attendez ! Mais on ne peut pas accuser puis après ne pas vouloir attendre les réponses.»

«Vous n'avez pas attaché un instant d'attention à ce que je viens de dire»

Francis Letellier: «Ce n'est pas accuser, c'est poser des questions.» Jean-Luc Mélenchon: «Si si. De changer d'avis, verseau et compagnie. On connaît. Au lieu de discuter des sondages et des scores de Jean-Luc Mélenchon qui se moquera de vous jusqu'au bout, vous feriez bien de dire comment ça se fait que vous ne parlez pas du fait que tous les sondages prévoient 50% d'abstention ?» Frédéric Says: «Alors pas tous, justement.» Jean-Luc Mélenchon: «Mais justement, en fonction des fluctuations, je monte, je descends. Vous n'avez pas attaché un instant d'attention à ce que je viens de dire. Que faut-il faire si l'on dit que les sondages en politique sont mal venus et sont forcément manipulatoires ? Parce que, voyez-vous, quand on annonce 50% d'abstention et que ça aboutit à me mettre en-dessous de 10, ce qui est le seul cas où j'apparais en dessous de 10, Ça veut dire que les gens qui regardent ça se disent que finalement ça ne sert à rien donc je n'y vais pas.» Frédéric Says: «Il faut interdire les sondages en période de campagne électorale ?» Jean-Luc Mélenchon: «Il y a une loi qui existe, qui a été adoptée à l'unanimité du Sénat, qui propose d'interdire les sondages un mois avant le vote. Rappelez-vous bien à l'unanimité. Elle a déjà été adoptée au Sénat, elle pourrait venir à l'Assemblée nationale.»

«Mais pour qui vous vous prenez, vous les journalistes?»

Jean-Luc Mélenchon: «Arrêtez de bouger, ça me distrait.» Frédéric Says: «Non, mais il me reste 30 secondes.» Jean-Luc Mélenchon: «Oui, mais je réponds, je réponds ! Supportez que l'on vous réponde» Frédéric Says: «Vous avez dit, un mois avant l'élection ?» Jean-Luc Mélenchon: «Je vais finir la phrase, les gens n'ont pas besoin que vous répétiez quatre fois ma réponse.» Frédéric Says: «Pour comprendre précisément ce que vous proposez.» Jean-Luc Mélenchon: «Vous, vous avez besoin de répéter quatre fois, mais il n'y a pas besoin.» Frédéric Says: «On cherche à comprendre ce que vous voulez dire.» Jean-Luc Mélenchon: «Oui, parce que ce n'est pas clair ?» Frédéric Says: «Allez y !» Jean-Luc Mélenchon: «Ah bon ? Mais vous êtes trop bon de nous laisser la parole !» Frédéric Says: «Un mois avant l'élection ?» Jean-Luc Mélenchon: «Mais pour qui vous vous prenez, vous les journalistes? C'est incroyable ! On a compris, un mois avant, tout le monde a compris, sauf vous. Alors je termine ma phrase si vous me le permettez. Nous demandons que les instituts de sondage publient, publient, vous comprenez ? Répétez ! Publient tous les éléments de leur fiche technique, virgule, et les publient en même temps que le sondage. Répétez ! En même temps que le sondage. Voilà, merci monsieur, au revoir, au suivant.» Frédéric Says: «Merci pour votre pédagogie.» Francis Letellier: «Vous avez bien entendu, je pense, Frédéric.» Jean-Luc Mélenchon: «Non, il n'a pas compris.» Francis Letellier: «Si, si, il a bien compris. Merci Jean-Luc Mélenchon d'avoir accepté notre invitation.»



Partager cette page