POLITIQUE

Publié le 06 mai 2021

Crédit vidéo : Non Stop People

Source : https://non-stop-people.com/

Un ancien ministre choque: «Avec 3000 euros de retraite, je n'arrive pas à vivre !»

L'ancien ministre Luc Ferry était l'invité de l'émission «L'instant de luxe» diffusée sur Non Stop People le mercredi 5 mai 2021.

«3000 euros pour votre retraite»

Luc Ferry: «Les gens me disent : " Ah mais vous avez, vous, quand même votre retraite de ministre! " mais il n'y a rien du tout. Non seulement on n'a pas de retraite de ministre, mais quand on est ministre, on cotise soi-même. Voilà donc, j'ai zéro.» Jordan De Luxe: «Financièrement, vous êtes comment Luc Ferry ?» Luc Ferry: «J'ai ma retraite donc ça va très bien, mais j'ai ma retraite de professeur d'université qui doit être de 3000 euros.» Jordan De Luxe: «Donc 3000 euros pour votre retraite.» Luc Ferry: «Et puis, par ailleurs, j'ai tous mes droits d'auteur. C'est tout.» Jordan De Luxe: «D'accord, ok. Donc vous gagnez 3000 euros de retraite ?» Luc Ferry: «Oui, je dois avoir 3200 euros. Je dois avoir aussi une retraite du Conseil Economique et Social, parce que je ne veux pas dire de bêtise, qui doit être de 800 euros aussi.»

«Avec 3000 euros de retraite, vous n'arrivez pas à vivre ?»

Jordan De Luxe: «Il vous faut combien pour vivre, Luc Ferry ?» Luc Ferry: «Et bien, il me faut beaucoup plus ça parce que j'ai des filles qui sont encore jeunes. J'ai deux filles qui ont 20 et 21 ans et qui font des études.» Jordan De Luxe: «Avec 3000 euros de retraite, vous n'arrivez pas à vivre ?» Luc Ferry: «Ah ben non, évidemment pas parce que mes filles sont dans des écoles qui sont extrêmement chères. J'ai notamment une fille qui est à l'Ecole hôtelière de Lausanne et donc j'ai fait un gros, gros emprunt pour payer leurs études.» Jordan De Luxe: «C'est combien un gros emprunt Luc Ferry ?» Luc Ferry: «Franchement, ça ne vous regarde pas. Mais ce n'est pas que je ne veuille pas répondre mais j'ai emprunté, je crois, 200 000 euros.» Jordan De Luxe: «200 000 euros ?» Luc Ferry: «Oui, pour payer les études de mes filles, oui.» Jordan De Luxe: «Mais c'est énorme !»

«C'est en effet une école extrêmement chère»

Luc Ferry: «Oui, mais ce sont des écoles très chères. L'Ecole hôtelière de Lausanne, c'est extrêmement cher. Pour moi, c'est un investissement pour elle, pour la vie, c'est-à-dire que c'est un cadeau que je lui fais. Mes filles sont les êtres que j'aime évidemment le plus au monde.» Jordan De Luxe: «Oui, mais c'est quand même énorme, 200 000 euros.» Luc Ferry: «Oui, mais parce que c'est sur 4 ans et que c'est en effet une école extrêmement chère. Mais c'est la meilleure école du monde.» Jordan De Luxe: «Oui, bien sûr, mais c'est énorme.» Luc Ferry: «Quand on est père de famille et quand on a la possibilité d'emprunter, je le fais pour elles.» Jordan De Luxe: «Comment on fait pour, pardon je rentre peut-être dans du perso mais je vous pose les questions comme elles me viennent, je vous sens en confiance mais comment on fait pour rembourser 200 000 euros, Luc Ferry ?» Luc Ferry: «Après j'ai du travail. Jai publié, je crois, près de 200 ouvrages. Ils sont traduits dans 45 langues. Donc, je vous dis j'ai mes droits d'auteur.» Jordan De Luxe: «D'accord, ok. Mais ça ne doit pas être facile quand même.»

«Je ne suis pas un bourgeois... Enfin, si, je suis un bourgeois quand même»

Luc Ferry: «Quand on a écrit 200 livres et qui sont traduits dans 45 langues, on a des droits d'auteurs. C'était mon rêve quand j'avais 20 ans, c'était de devenir écrivain et c'est un rêve que j'ai réussi à réaliser. Avec mon ami Pascal Bruckner, on se disait et il me disait l'autre jour, on a choisi le plus beau métier du monde. On a tout fait pour arriver à être dans ce métier et on a la chance d'y être arrivés. Voilà, c'est vrai qu'on est très, très peu nombreux à vivre, comme on dit, et à vivre de notre plume. Il y en a très peu en France. Il y en a quelques-uns, mais on est très peu nombreux. Donc oui, j'ai la chance d'avoir mes droits d'auteur et donc malgré tout, il faut quand même que je fasse un emprunt pour payer les études de ma fille. Je ne suis pas un bourgeois, voilà, enfin, si, je suis un bourgeois quand même, mais enfin maintenant, j'en suis devenu un. Mais enfin, je viens de loin.»



Partager cette page