SANTÉ

Publié le 26 octobre 2021

Crédit vidéo : CNews

Source : https://cnews.fr/

La phrase de ce professeur choque le plateau: «Après cette émission, je vais recevoir un courrier»

Le Professeur Michaël Peyromaure était l'invité de l'émission «L'Heure des Pros» diffusée ce vendredi 22 octobre 2021 sur CNews.

«On est rentré dans une espèce d'ordre sanitaire»

Pascal Praud: «Pourquoi on ne peut plus parler ? Ce que vous dites est tellement rationnel.» Pr Michaël Peyromaure: «Je crois que l'on est rentré dans une espèce d'ordre sanitaire, entre guillemets. Je sais que le mot est un peu fort.» Pascal Praud: «Et c'est le médecin qui parle.» Pr Michaël Peyromaure: «Oui. Et puis, il y a le conformisme. C'est-à-dire qu'à partir du moment où un pays fait quelque chose, les autres s'y mettent. Et je crois que ça a été exactement la même chose sur le confinement.» Pascal Praud: «Et vous à l'APHP, par-exemple, vous arrivez à travailler ? Parce que vous êtes très minoritaire ou vous êtes simplement plus courageux que les autres et vous dites tout haut ce que beaucoup de médecins pensent ?» Pr Michaël Peyromaure: «Alors il y a un peu de ça. C'est-à-dire qu'effectivement, l'APHP c'est une grosse maison. On est 100.000 à l'APHP.» Pascal Praud: «C'est d'ailleurs le premier employeur de l'Île de France.» Pr Michaël Peyromaure: «Exactement. Et c'est vrai que les médecins de l'APHP qu'on a interrogés ces derniers mois, ces deux dernières années, avaient plutôt le même discours qui était calqué sur l'idéologie dominante.

«J'ai cessé d'être invité par les médias»

Pr Michaël Peyromaure: «Les gens qui pensent comme moi, il y en a. Le seul problème, c'est qu'on les interroge assez peu, finalement. Moi, j'ai toujours été contre le confinement, je m'en suis expliqué. Et c'est vrai qu'à partir du moment où je l'ai dit, eh bien, j'ai cessé d'être invité par les médias alors que l'on aimait bien, de temps en temps, avoir mon opinion.» Pascal Praud: «C'est formidable ! J'adore notre monde aujourd'hui. Quand vous croisez Martin Hirsch, par exemple, vous êtes sanctionnés à cause de vos prismes ?» Pr Michaël Peyromaure: «Je ne suis pas sanctionné mais je suis rappellé à l'ordre.» Pascal Praud: «Donc vous êtes un peu à l'écart ? On vous dit, par exemple, alors on essaye de vous attaquer en disant : " Peyromaure c'est un ringard ou ce n'est plus un bon médecin. " On essaye d'attaquer votre qualité professionnelle.» Pr Michaël Peyromaure: «Non, je reçois de temps en temps des rappels à l'ordre.» Pascal Praud: «Mais c'est quoi un rappel à l'ordre et de qui ?» Pr Michaël Peyromaure: «Ce sont des courriers de ma hiérarchie administrative.»

«Je sais très bien qu'après cette émission, je vais recevoir un courrier»

Pascal Praud: «Mais qu'est-ce qui est écrit dans ce courrier ?» Pr Michaël Peyromaure: «Et bien sur certaines positions, par exemple, que j'ai eues.» Pascal Praud: «Mais qui l'écrit ? Martin Hirsch en l'occurence ?» Pr Michaël Peyromaure: «La direction de l'APHP.» Pascal Praud: «Donc, c'est Martin Hirsch ?» Pr Michaël Peyromaure: «Entre autres.» Pascal Praud: «D'accord. Donc vous n'êtes pas dans la ligne du parti. Faut que vous fassiez des excuses publiques.» Pr Michaël Peyromaure: «Non ! Il faut être honnête. On me dit, par exemple, que certains propos peuvent être choquants ou ne sont pas tout à fait adaptés pour quelqu'un qui représente l'APHP. Alors que je ne représente pas l'APHP.» Ivan Rioufol: «C'est quand même ahurissant ! C'est l'Union soviétique. Le professeur Perronne a été sanctionné. Votre confrère, le professeur Perronne, a été sanctionné.» Pr Michaël Peyromaure: «Alors attention. le professeur Perronne a tenu des propos qui étaient particulièrement virulents, ce qui n'a d'ailleurs jamais été mon cas. Moi j'ai toujours eu des positions très modérées, très modérées. Et je sais très bien qu'après cette émission, je vais recevoir un courrier.»



Partager cette page