SOCIAL

Publié le 22 juin 2022

Crédit vidéo : Sud Radio

Source : https://sudradio.fr/

« 40 000 enfants travaillent dans des mines pour que Greta Thunberg roule en voiture électrique » le coup de gueule d'André Bercoff

André Bercoff intervenait lors de son émission « Bercoff dans tous ses états » diffusée sur Sud Radio ce mercredi 15 juin 2022.

« 40 000 enfants travaillent dans des mines de cobalt pour que Madame Greta Thunberg puisse conduire un jour une voiture électrique »

André Bercoff : « Nous allons parler quand même de quelque chose qui fait, mais vraiment, j'allais dire, vomir. C'est ce qui se passe avec le travail des mines de cobalt, 40 000 enfants dans les mines de cobalt du Congo. Vous savez pourquoi ? Pour la voiture électrique, bien sûr. Le progrès, on n'arrête pas le progrès. 40 000 enfants travaillent en ce moment ; en ce moment... depuis déjà des années dans des mines de cobalt au Congo, pour que, pour que qui ? Pour que Madame Greta Thunberg puisse conduire un jour une voiture électrique, pour que les Khmers verts puissent effectivement... " Ah la voiture électrique, c'est ce qui va nous sauver. " Oui mais à quel prix ? Vous y pensez, vous ? Vous dites toujours : progressisme, humanisme, progrès. Vous pensez aux Cobalt Cities de Chine où on meurt du cancer à dix ans ? Vous pensez à ce qui se passe, puisque la moitié des réserves mondiales se retrouve en République démocratique du Congo, dans les provinces du Katanga et de Lualaba – on en parlera d'ailleurs avec Bernard Lugan –, eh bien, premier producteur mondial. »

« Indignation à géométrie variable »

André Bercoff : « Et le travail des enfants ? Vous savez qu'on protège le travail des enfants. Les progressistes, les écolos, on les entend sur le Congo ? Et ce que dit Sabine Gagnier, heureusement, d'Amnesty International : " Les enfants trient les minerais, ce qui les expose à des poussières dangereuses pour la santé ou ils portent des charges très lourdes. " Et on a vu des vidéos et des films terribles là-dessus. Alors franchement, on veut savoir ce qui se passe. Et moi je trouve lamentable, lamentable, encore une fois, ces deux poids et deux mesures des gens qui s'indignent, eh bien, d'un côté... mais attention, indignation à géométrie variable. Les enfants du Congo, oui, bah... c'est loin, c'est loin. Et les batteries électriques, qui polluent paraît-il ? Eh ben, nous les enterrerons en Afrique. Bien sûr ! »



Partager cette page