SOCIAL

Publié le 05 mai 2022

Crédit vidéo : RMC

Source : https://rmc.bfmtv.com

« Je ne mange pas le midi pour nourrir mes enfants » : Le témoignage glaçant d'un père de famille

Sébastien, auditeur de RMC, intervenait lors de l'émission « Apolline Matin » diffusée ce mercredi 27 avril 2022.

« Je me prive de manger le midi pour nourrir mes enfants »

Apolline de Malherbe : « La question qu'on vous pose à tous ce matin, avec ces hausses de prix de l'alimentation, les hausses de prix de la viande, les hausses de prix des huiles, du beurre, un peu tout : est-ce que manger, bien manger, est devenu un luxe pour vous ? » Sébastien : « C'est vraiment devenu un luxe. Déjà, on a changé, bah... tout ce qui est courses, tout ça, c'est anti-gaspi et au producteur, tout ça. Et là, moi, j'ai 35 kilomètres à faire pour aller au boulot, 35 kilomètres pour revenir du boulot. Je mange normalement au boulot. Et là, ce mois-ci, je me prive de manger le midi pour nourrir mes enfants, quoi. » Apolline de Malherbe : « Vous ne mangez plus le midi, Sébastien ? » Sébastien : « Voilà. C'est la solution que j'ai trouvée pour bien nourrir mes enfants. » Apolline de Malherbe : « Vous avez combien d'enfants ? » Sébastien : « J'ai deux enfants, un qui a 18 ans et qui est à l'université, donc ça coûte cher. » Apolline de Malherbe : « Oui. » Sébastien : « Et l'autre qui a 14 ans. » Apolline de Malherbe : « Qui a 14 ans. Jusqu'à présent, vous emportiez de quoi manger au boulot ? » Sébastien : « Voilà, je faisais mes gamelles, j'emportais à manger. Mais là, c'est la seule solution que j'ai trouvée. »

« On était au-dessus pour toucher la prime de 100 € »

Apolline de Malherbe : « En fait, l'argent que vous mettez dans l'essence... » Sébastien : « ... dans le carburant, dans l'alimentation, voilà, je peux plus. On a moins de 4 000 € avec les deux salaires, moi et ma femme. » Apolline de Malherbe : « D'accord. » Sébastien : « Maison à payer, tout ce qu'il y a à payer, bah, nous les fins de mois, c'est le 15, quoi. » Apolline de Malherbe : « Quand on est après les prélèvements, effectivement, pour la maison à payer, pour toutes les charges fixes, il vous reste combien, du coup, pour l'alimentation et pour les transports ? » Sébastien : « Bah, tout dépend. Si on a une galère, tout dépend. Comme là, j'ai eu une grosse galère, j'ai eu ma voiture qui est tombée en panne. Malheureusement, quand il va y avoir le chèque de 100 €, là, pour les aides... Comme j'ai eu une grosse galère, je me suis trouvé un deuxième emploi. Donc, on était au-dessus pour toucher la prime de 100 €. Alors c'est bien d'avoir 100 € pour aider les gens comme nous... » Apolline de Malherbe : « ... mais vous, vous ne l'avez pas touchée, quoi. Ni vous, ni votre épouse ? » Sébastien : « Voilà. »

« On se fait maintenant du Lidl, tout ce qui est " magasins à petits prix " »

Apolline de Malherbe : « Quand vous dites : " J'ai deux boulots, du coup, maintenant, pour faire face ", ça veut dire que vous aviez votre boulot fixe de mécanicien et vous avez rajouté, en plus, des heures ailleurs ? » Sébastien : « C'est ça. » Apolline de Malherbe : « Et là, il faut à nouveau se déplacer ? » Sébastien : « Là, du coup, c'était un contrat sur 6 mois, donc j'ai arrêté. Mais là, maintenant que j'ai plus qu'un seul boulot, ça devient très compliqué. » Apolline de Malherbe : « Ça y est, à nouveau, vous voyez ça passer. Vous disiez : " Je fais de l'anti-gaspi pour essayer aussi de manger moins cher, de payer moins cher. " Vous avez changé un peu vos magasins, les endroits où vous allez ? » Sébastien : « Ah oui, on se fait maintenant du Lidl, tout ce qui est " magasins à petits prix "... Dans les grands magasins, c'est l'anti-gaspi, ou au producteur. Voilà. »

« Vous n'arrivez même plus à déjeuner pour pouvoir nourrir vos deux enfants »

Apolline de Malherbe : « Courage, courage Sébastien. Merci d'avoir témoigné ce matin. Vous parliez du chèque inflation, il y a aussi un autre chèque qui serait le chèque alimentaire qu'avait promis Emmanuel Macron. Mais encore une fois, Sébastien, je m'arrête un instant sur ce que vous nous disiez : quand on gagne très légèrement plus de 2 000 €, que pour autant on n'arrive pas à manger à sa faim, ça veut dire que, imaginez qu'il dise : " Le chèque alimentaire, ça sera uniquement pour ceux qui gagnent le smic. " Eh bien, vous ne serez pas dedans, et pour autant, vous n'arrivez même plus à déjeuner pour pouvoir nourrir vos deux enfants de 18 et 14 ans. Sébastien, courage ! Bonne journée à vous et merci de votre témoignage. »



Partager cette page