SOCIAL

Publié le 07 juillet 2022

Crédit vidéo : RMC

Source : https://rmc.bfmtv.com

« Macron caresse les patrons depuis 5 ans » Barbara Lefebvre dénonce l'hypocrisie de la macronie sur l'augmentation des salaires

Barbara Lefebvre intervenait lors de l'émission « Les Grandes Gueules » diffusée sur RMC ce jeudi 7 juillet 2022.

« Comme par hasard après les élections »

Barbara Lefebvre : « Je rappelle quand même que, encore quelques mois avant la présidentielle, c'était le monde des Bisounours. La France était repartie comme jamais, on était le pays qui faisait la plus belle croissance, etc. Enfin, dans le contexte actuel, se féliciter de la croissance, ça pose des questions. Mais là, tout d'un coup, le ciel nous tombe sur la tête, comme par hasard après les élections. D'ailleurs, c'était quand même assez prévisible. Et là, tout d'un coup, il va falloir demander aux patrons de faire des efforts. Mais les patrons, ils ne feront aucun effort. De même que, quand on a fait le " quoi qu'il en coûte ", il n'y avait pas de contreparties. Et ensuite, monsieur Le Maire, déjà, avait dit : " Oui, ce serait bien si les patrons pouvaient payer. Vous pouvez augmenter les salaires. " Mais oui, " y a qu'à, faut qu'on ". D'ailleurs, c'est exactement tout le discours de madame Borne hier, une succession de " y a qu'à, faut qu'on ". »

« Monsieur Macron, il caresse dans le sens du poil tous les patrons »

Olivier Truchot : « Enfin, c'est parce qu'il n'a pas le pouvoir. À part d'augmenter le smic, mais... » Barbara Lefebvre : « Donc la problématique aujourd'hui, c'est qu'on est en train d'entrer dans une crise économique, et que c'est à ce moment-là que le gouvernement compte mettre la pression sur, notamment, les TPE-PME pour qu'ils payent plus, alors qu'ils ne l'ont pas fait dans les années qui précédaient. Ça fait cinq ans que Monsieur Macron, il caresse dans le sens du poil tous les patrons, et maintenant qu'on va rentrer dans des turbulences, alors on nous dit : " Alors là, il va falloir augmenter les salaires ! " Les salaires, il fallait les augmenter avant ; le dégel du point d'indice des fonctionnaires, ça fait des années qu'on aurait dû l'augmenter, parce que là, ils n'arriveront jamais à rattraper tout ce qu'ils doivent aux fonctionnaires. » Olivier Truchot : « Ça coûte beaucoup d'argent. » Barbara Lefebvre : « Bah ça va coûter beaucoup d'argent. »

« Macron, c'est le président des riches »

Mourad Boudjellal : « Barbara, c'est le chien qui se mord la queue. » Barbara Lefebvre : « C'est logique. » Mourad Boudjellal : « Si tu augmentes les salaires. Aujourd'hui, tu as une augmentation des salaires, tu as une augmentation des charges fixes à travers l'augmentation des produits que les entreprises achètent. Forcément, ça va se répercuter sur le prix de vente. Cette répercussion sur le prix de vente va donc monter... » Olivier Truchot : « Ça entretient l'inflation. » Mourad Boudjellal : « Et c'est un truc sans fin. Il faudra réaugmenter les salaires. Le mal est bien plus profond que ça. » Olivier Truchot : « C'était comme ça dans les années 1970. » Barbara Lefebvre : « Mais pourquoi cela n'a pas été fait avant ? Parce que monsieur Macron, c'est le président des riches et que pendant l'ère Hollande et l'ère Macron, on a protégé ces gens-là. »



Partager cette page