SOCIAL

Publié le 16 novembre 2022

Crédit vidéo : TMC

Source : https://tf1.fr/tmc

Clément Viktorovitch démonte point par point l'argumentaire de Cyril Hanouna sur l'affaire Boyard

Clément Viktorovitch intervenait lors de l'émission « Quotidien » diffusée sur TMC ce lundi 14 novembre 2022.


“ On se dit que ce n'est peut-être pas Louis Boyard qui avait le plus besoin de tisane. ”

Clément Viktorovitch : « Aujourd'hui, on zoome sur la séquence qui a marqué le week-end. C'est évidemment Cyril Hanouna qui interrompt et insulte le député Louis Boyard sur son plateau, au moment où celui-ci tente d'évoquer les affaires africaines de Vincent Bolloré. Alors, on ne va pas revenir sur la séquence en elle-même. Elle a beaucoup tourné, elle a été amplement commentée. En revanche, il y a une chose qui mérite, je crois, qu'on s'y arrête un petit peu : c'est la défense qui a été déployée après coup, sur Twitter, par Cyril Hanouna. Commençons par le premier message qu'il publie le soir même. » Tweet de Cyril Hanouna : « Cette séquence avec @LouisBoyard est bien la preuve que sur #TPMP on peut tout dire, et inviter tout le monde. Si même les députés veulent faire du buzz maintenant... Où va t'on ? Va prendre une camomille mon Louis et va t'acheter un costume ! » Clément Viktorovitch : « Bon alors, ce tweet, il est intéressant, parce que derrière son ton léger, on peut constater que, factuellement, factuellement, il est erroné. Cyril Hanouna nous dit : " Cette séquence, c'est la preuve que sur TPMP on peut tout dire. " Alors que ce que dénonce Louis Boyard, c'est précisément qu'on lui ait coupé la parole et qu'il n'ait pas pu aller au bout de son raisonnement. " Va prendre une camomille mon Louis " : alors évidemment, c'est un conseil plein de sollicitude, mais on se dit que ce n'est peut-être pas Louis Boyard qui avait le plus besoin de tisane, quand on regarde la liste des amabilités prononcées sur le plateau par Cyril Hanouna ; nous les avons ici à l'écran. »


“ Proposer une description contraire à la réalité observable. ”

Clément Viktorovitch : « Et enfin, pour finir : " Va t'acheter un costume ! " Alors c'est bien sûr une manière de discréditer le jeune député Insoumis, alors que c'est précisément lui qui est venu en costume quand l'auteur du tweet, lui, présentait son émission en sweatshirt. En d'autres termes, c'est intéressant : Cyril Hanouna nous tend un miroir inversé de la réalité. Il nous présente la scène telle qu'elle s'est déroulée, oui, mais telle qu'elle s'est déroulée dans un univers parallèle qui n'est pas le nôtre. Proposer une description contraire à la réalité observable, ça porte un nom, évidemment un nom à coucher dehors, on appelle ça une anticatastase. Ça, c'est cadeau si vous voulez briller en soirée. Notez que ce n'est pas anecdotique, c'est le procédé déployé constamment par Donald Trump. En l'occurrence, c'était peut-être un peu audacieux, si bien que, hier soir, Cyril Hanouna a été obligé de se fendre d'un deuxième tweet. » Tweet de Cyril Hanouna : « Mes chéris je suis entier, loyal, sincère, et je serais tjs moi-même à l antenne. Je suis sanguin et vrai comme certains politiques. La seule chose que je regrette c de l avoir insulté c pas un bon exemple. Pour le reste je ne regrette rien et je défendrais tjs mes amis. Je vs aime. » Clément Viktorovitch : « Bon alors, première remarque, ce tweet contredit strictement le premier, puisque dans le premier tweet, Cyril Hanouna demandait à Louis Boyard de se calmer ; il admet désormais que c'est lui qui est sanguin. Il revendiquait qu'on puisse tout dire dans TPMP ; il assume désormais de défendre ses amis. »


“ En voulant étouffer une information, Cyril Hanouna a attiré sur cette information toute l'attention. ”

Clément Viktorovitch : « Nous sortons donc de l'anticatastase pour entrer dans une autre stratégie de défense : l'euphémisme. C'est-à-dire une atténuation de la réalité. " Je suis entier et vrai ", nous dit Cyril Hanouna. C'est une manière plutôt sympathique de qualifier l'interaction qui a eu lieu jeudi dernier. " Je défendrai toujours mes amis ", c'est la version soft de ce qu'il a dit lui-même sur le plateau : " Je ne crache pas dans la main qui me nourrit. " Anticatastase et euphémisme : l'un, c'est un miroir inversé, l'autre, c'est un miroir déformé de la réalité. Et ce n'est pas un hasard si on trouve ces deux stratégies dans deux tweets différents. Elles font partie classiquement de ce qu'on appelle " la communication de crise ". Reste à élucider la dernière question : est-ce que ça fonctionne ? En l'occurrence, pas vraiment. Ces derniers jours, Google a enregistré une augmentation importante, et même très importante, des requêtes sur les mots : " Bolloré Afrique ". C'est-à-dire précisément le sujet dont Louis Boyard n'a pas pu parler jeudi dernier. Et ça, c'est une illustration de ce qu'on appelle l'effet Streisand : plus on cherche à étouffer une information et plus on risque d'attirer... » Yann Barthès : « Streisand ? » Clément Viktorovitch : « Absolument, du nom de Barbra Streisand... » Yann Barthès : « Ben oui, mais pour de vrai ? » Clément Viktorovitch : « Mais, littéralement, oui. ... qui avait voulu faire censurer sur internet une photo de sa villa prise sur la côte et, en cherchant à faire censurer la photo de la villa, on n'a parlé que de la villa. C'est une photo qui a été téléchargée, derrière, des centaines de milliers de fois, alors qu'elle ne l'avait été qu'une ou deux fois auparavant, et par ses avocats. Et là, c'est la même chose : en voulant étouffer une information, Cyril Hanouna a attiré sur cette information toute l'attention. »


Partager cette page