SOCIAL

Publié le 12 décembre 2020

Crédit vidéo : BFM

Source : https://www.bfmtv.com/

Une policière l'avoue «On laisse entrer les casseurs dans les manifs»

Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat Unité SGP Police FO, était sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin ce lundi 30 novembre pour parler des violences durant les manifestations.

Est-ce que ces Black Blocs sont identifiés ?

Jean-Jacques Bourdin interroge Linda Kebbab : « Il y a une chose que je ne comprends pas, c'est cette forme d'impunité des Black Blocs. Est-ce que ces Black Blocs sont identifiés par les services de police à l'entrée des manifestations? Oui ou non? » Réponse de Linda Kebbab : « Je veux saluer le travail de mes collègues de renseignement qui encore, les ont identifiés et qui les connaissent très bien. On a le témoignage encore de samedi de collègues qui disent que les Black Blocs sont arrivés, ont enfilé la capuche, ont descellé les pavés puis se sont installés. » « Mais qui les laissent entrer ? », lui demande Jean-Jacques Bourdin. Linda Kebbab : « Demandez aux donneurs d'ordres Monsieur Bourdin. Il y a un an, j'avais dénoncé le fait que l'on pouvait, par le biais du Code de procédure pénale, et notamment la vérification d'identité, éviter, ou en tout cas limiter, l'intégration des Black Blocs dans les cortèges, ça m'a valu une menace d'enquête IGPN. »

« Ces Black Blocs servent à tout le monde »

Jean-Jacques Bourdin: « Je ne comprends plus rien. Ces Black Blocs sont identifiés, on sait qu'ils vont casser, on sait qu'ils vont frapper des policiers, les blesser, on les laisse entrer dans les manifestations ? » Linda Kebbab : « Il y a la responsabilité hiérarchique où depuis quelques années, on n'a plus les moyens, c'est insoluble. On ne parvient pas à interpeler les Black Blocs parce que l'ordre n'est pas donné au bon moment et notamment avant qu'ils n'intègrent les cortèges, puisque la vérification d'identité permettrait en l'occurrence de les écarter le temps de la manifestation, puisque la plupart n'ont pas de pièce d’identité sur eux et que l'attroupement en soi est une infraction, en tout cas au moins un motif de contrôle d'identité. » Jean-Jacques Bourdin : « Ca veut dire qu'il y a une complaisance envers ces Black Blocs ? Linda Kebbab : « Mais il y a une complaisance de tout le monde. Monsieur Bourdin, ces Black Blocs servent à tout le monde. »

Le Ministère de l'intérieur est responsable ?

Jean-Jacques Bourdin : «Certains laissent même entendre que des policiers sont déguisés en Black Blocs pour provoquer la police et discréditer les manifestants. » Linda Kebbab : « Ca ce sont les 'nous sachons', Monsieur Bourdin. Moi, je vous dis qu'on aura toujours des complots. » Jean-Jacques Bourdin : « Pardonnez-moi. On laisse entrer les Black Blocs dans les manifestations. Ça laisse vivre ces rumeurs. » Linda Kebbab : « Je l'entends tout à fait. Mais depuis quand le Ministère de l'Intérieur, dans sa globalité, est un bon pédagogue et un bon communiquant ? »  Jean-Jacques Bourdin : « Le Ministère de l'Intérieur est responsable ? » Linda Kebbab : « Évidemment, de toute façon le Ministère est responsable de ce qui se passe à l'intérieur de notre pays. »



Partager cette page