ENVIRONNEMENT

Publié le 09 juin 2022

Crédit vidéo : LCI

Source : https://lci.fr/

LCI nous parle de l'affreux secret, pas très écolo, de la voiture électrique

Pascal Perri intervenait lors de l'émission « 24H Pujadas » diffusée ce jeudi 25 novembre 2021 sur LCI.

« La chasse aux terres rares est engagée »

Pascal Perri : « Oui, je voudrais vous emmener ce soir dans les arrière-cuisines de la voiture électrique, parce que vous avez raison, on l'a présentée comme extrêmement vertueuse : la voiture verte, au fond, la voiture parfaite, sans aucune externalité négative. Sauf que, il y a, en effet, d'abord le lithium, que vous évoquez, et puis le cobalt. Le lithium, on voit à peu près ce que c'est. Alors on parle beaucoup du lithium. Le lithium, c'est un métal léger dont la propriété... Quelle est sa propriété ? Pourquoi est-ce qu'on utilise du lithium ? Parce qu'il a la propriété de conserver l'énergie. Il garde l'énergie, et donc c'est pour ça qu'on en a besoin dans les batteries. Et la chasse aux terres rares est engagée. Pour le moment, elles viennent essentiellement d'Australie, de Chine et du Chili. Donc c'est un peu l'or blanc que tout le monde recherche aujourd'hui, cet or un peu alcalin que les Américains voudraient aller chercher, notamment, dans le désert du Nevada. » David Pujadas : « Et il faut ouvrir des mines. Et on commence à ouvrir des mines. »

« 10 millions de litres d'eau par jour, 41 000 litres de gasoil par jour »

Pascal Perri : « Ils veulent faire ouvrir des mines. Alors, Biden a donné des priorités. Tout ça, ça répond à des priorités politiques. Il faudrait qu'en 2030, 50 % des voitures vendues aux États-Unis, des voitures neuves, soient des voitures électriques. Pour ça, évidemment, il faut du lithium, il faut du cobalt. Et la demande, elle explose. L'Agence internationale de l'énergie nous dit même qu'elle va être multipliée par 40. Vous vous rendez compte ? 40 dans les 20 années qui viennent. Donc, on est à Thacker Pass dans le désert du Nevada, et une compagnie a déposé un projet pour creuser des excavations dans le sol, parce qu'on sait qu'il y a des réserves de lithium à cet endroit-là. Alors ça, ça fait déjà partie de l'arrière-cuisine. 110 mètres de profondeur, 10 millions de litres d'eau par jour. » David Pujadas : « Pas très écolo. » Pascal Perri : « 41 000 litres de gasoil par jour. » David Pujadas : « Pas très écolo non plus. » Pascal Perri : « Le lithium, il ne sort pas tout seul, il faut aller le chercher. »

« Pas conformes aux droits humains »

Pascal Perri : « Donc, il y a de la mécanique derrière tout ça. Et donc Biden a donné son feu vert. Il y a une deuxième image que je voudrais vous montrer, qui me paraît encore plus terrible. Là, on n'est plus aux États-Unis, on est en Afrique, on est au Congo, on est dans la région des Grands Lacs, on quitte le lithium pour aller vers le cobalt. Le cobalt, on en a besoin parce que... » David Pujadas : « C'est aussi pour les batteries ? » Pascal Perri : « Oui, on en a besoin. Il y a du cobalt et du lithium partout, dans vos téléphones portables... Aujourd'hui, il y a une demande constante. Le monde connecté exige ces deux terres rares. Et regardez ces images, je les trouve absolument stupéfiantes. Je considère que c'est le prix de notre bonne conscience. Là, on cherche du cobalt. Alors on le cherche dans des conditions qui ne sont évidemment pas conformes aux droits humains ; pas conformes au code du travail, bon, ça va sans dire ; pas conformes non plus aux règles de base de l'hygiène. »

« Ils font travailler des gosses de dix ans pour 50 centimes d'euro par jour »

Pascal Perri : « Vous avez des enfants... Denis Payre, entrepreneur, qui était candidat malheureux à la primaire LR, me disait : " Moi, j'ai des concurrents chinois qui ont des puits, là, des mines, ici, au Congo, qui font travailler des gosses de dix ans pour 50 centimes d'euro par jour. " La matière première est ensuite transférée en Chine dans des usines où il n'y a aucun droit syndical. Elle est utilisée dans des conditions qui sont complètement contraires aux intérêts de l'environnement, et ça va se poursuivre. Pourquoi ça va se poursuivre ? Parce qu'au Congo, l'investissement pour ouvrir des mines de cobalt, il est trois fois inférieur à ce qu'il serait aux États-Unis. Donc, je dis aujourd'hui que l'exploitation de terres rares, au fond, c'est un véritable scandale humain, écologique, économique. C'est le prix de notre bonne conscience verte : loin, loin du cœur, loin des yeux, loin des préoccupations, d'une certaine façon. On a tous l'impression, en achetant une voiture électrique, qu'on fait un geste pour l'environnement. Moi, je ne pense pas qu'on fasse un geste pour l'humanité. »


Partager cette page