ENVIRONNEMENT

Publié le 16 juin 2021

Crédit vidéo : France Télévisions

Source : https://www.france.tv/

Scandale: Tous les ans, des milliers de conteneurs tombent des cargos qui les transportent

Diffusé dans le journal de 20 heures de ce jeudi 15 avril 2021, ce reportage nous explique le scandale des conteneurs.

«La pile s'est effondrée en mer, tel un château de cartes»

Voici la face sombre du transport maritime, souvent noyé dans le secret. Des cargos pris dans la tempête, perdant leur chargement, des containers dans les profondeurs des océans. En moins d'un an, trois mille boîtes tombées à l'eau. Quarante pour le cargo APL England, 260 pour le Maersk Eindhoven et même 1816 pour l'Apus One, dont la pile s'est effondrée en mer, tel un château de cartes. 64 contenaient des matières dangereuses. Derrière chacune de ces images impressionnantes, une bombe écologique pour les fonds marins, révélée par des prélèvements. Antidia Citores (Association Surfrider): «On va voir qu'autour du container, il y a de moins en moins de faune marine. On voit ces prélèvements qui sont effectués et la population autour du container est vraiment très limitée.»

«Je savais qu'il y avait beaucoup, mais pas à ce point là»

Selon les experts, la plupart des boîtes perdues ne seraient jamais déclarées, pour éviter d'en payer le remorquage. Alors le fléau reste invisible jusqu'à ce qu'il arrive sur nos côtes. Il y a deux mois, sur le sable breton, des billes de plastique probablement issues de containers. Un témoin: «Je savais qu'il y avait beaucoup, mais pas à ce point là.» Ou encore sur les plages néerlandaises, il y a deux ans, les habitants découvrent des ampoules, des jouets, des chaussures. Un témoin néerlandais: «Moi, j'ai surtout trouvé des sandales et comme j'en ai collecté une cinquantaine, j'arriverai bien à faire une paire.»

«Je me suis arrêté sur un conteneur, c'est ça qui a déchiré le fond de coque»

Il arrive aussi que ces boîtes restent à la surface des océans, comme il y a un mois, pour le plus grand bonheur de ces pêcheurs tombés sur un chargement de cigarettes. Mais ces containers flottants sont la hantise de tout marin. Vendée Globe 2016, le bateau de Thomas Ruyant. Thomas Ruyant: «Je me suis arrêté sur un conteneur, c'est ça qui a déchiré le fond de coque. Le choc a été ultra violent. J'ai encore des frissons.» Aujourd'hui, rien ne prouve que le marin a tapé un conteneur. A moitié immergés, tels de petits icebergs, ils restent difficilement visibles. Thomas Ruyant: «On peut aller voir le cockpit, si vous voulez, pour se rendre compte de l'ergonomie.»

«C'est pour ça que c'est dangereux»

Aussi bien pour le radar que pour l'oeil du skippeur lancé à 50 km/h sur les eaux. Thomas Ruyant: «Il y a des centaines de litres qui viennent taper contre cette vitre là, quand on est à 30 noeuds. Et malgré tout, il y a une vision vers l'avant, mais qui est relativement faible après ce qui traîne dans l'eau, ce qui ne doit pas être dans l'eau, ça on ne le voit pas. C'est pour ça que c'est dangereux.» Pour rendre ces conteneurs visibles et avoir une chance de les repêcher, une startup bretonne a eu une idée. Leur accrocher une balise reliée par satellite. Le coût ? Moins de 1000 euros l'unité.

«Une goutte d'eau dans un océan de 200 millions de conteneurs transportés chaque année dans le monde»

Thibaut Morin (Cofondateur de Seatrackbox): «Le principe est simple, c'est que le boîtier sera accroché ici entre ces deux barres, le long du container. Et donc cette boîte va permettre de détecter que le container est tombé du bateau et qu'il est tombé à la mer. Et à ce moment là, on va déclencher une balise qui va permettre de donner son positionnement et son état dans l'eau. On souhaiterait que les assureurs puissent imposer au moins, par exemple, pour les matériaux dangereux ou polluants, que les containers qui transportent ce type de marchandises soient équipés déjà dans un premier temps.» Premier déploiement l'an prochain, avec quelques centaines de balises déjà commandées par un client. Une goutte d'eau dans un océan de 200 millions de conteneurs transportés chaque année dans le monde.


Partager cette page