SOCIAL

Publié le 19 avril 2021

Crédit vidéo : TV5 Monde

Source : https://tv5monde.com/

Édouard Baer magistral: «On fait tout pour prolonger la vie, tout en la vidant de sa substance»

Édouard Baer était l'invité du journaliste Patrick Simonin pour l'émission «L'Invité» diffusée ce lundi 15 février 2021 sur la chaîne TV5 Monde.

«On est tellement enfermé qu'on se dit qu'on n'est pas dans notre vie»

Édouard Baer: «Ce personnage là, il s'interroge, et souvent quand on est enfant, d'ailleurs, on a l'impression de ne pas être dans notre vie parce que ce sont les parents qui décident. Ensuite, quand on fait ses études, on est tellement enfermé qu'on se dit qu'on n'est pas dans notre vie, mais qu'on y sera plus tard quand on aura un métier. Parfois, on est déçu de son métier, on dit c'est pas vraiment ma vie, mais j'ai les week-ends. Parfois les week-ends, c'est un peu court mais bientôt, la retraite. A l'heure de la retraite, on dit c'est bien, mais c'est bientôt le cimetière. Ce sera ma vraie vie.»

«On fait tout pour prolonger la vie, tout en la vidant de sa substance»

Patrick Simonin: «Je me rappelle une phrase que vous m'aviez dit, on était à Québec pour faire une émission. Vous aviez posé cette question tellement d'actualité aujourd'hui. Y a-t-il une vie avant la mort ?» Édouard Baer: «C'est-à-dire que oui, c'est-à-dire que ce sont des périodes où on fait tout pour prolonger la vie, tout en la vidant de sa substance, c'est assez paradoxal. C'est-à-dire que l'on a l'impression que l'on va vivre beaucoup, beaucoup plus longtemps ou que l'on va moins mourir grâce à toutes les mesures qui sont prises, mais que l'on a vidé complètement la vie de beaucoup de ses intérêts.»

«C'est épouvantable, on ne pourra pas vivre beaucoup plus longtemps alors qu'on pourrait vivre beaucoup mieux»

Patrick Simonin: «C'est merveilleux, hein ?» Édouard Baer: «Ben non. C'est épouvantable. On ne pourra pas vivre beaucoup plus longtemps alors qu'on pourrait vivre beaucoup mieux. C'est un choix. Je pense que les politiques sont obligés parce qu'il y a une grande demande des populations de sécurité. Mais dans le fond, je me demande si ce n'est pas un peu cher payé.»



Partager cette page