ENVIRONNEMENT

Publié le 26 octobre 2022

Crédit vidéo : France TV

Source : https://france.tv/

« Taxer les riches avec le 49-3, c'est simple ! » Cette militante recadre un député macroniste

Teïssir Ghrab était l'invitée de l'émission « C ce soir » diffusée sur France 5 ce mardi 25 octobre 2022.


“ Il y a une forme de porosité entre les intérêts politiques et les intérêts économiques ”

Cyril Dion : « En 2019, je vais rencontrer le président Macron pour lui dire : " Écoutez, je pense que vous ne prendrez pas les mesures qui s'imposent pour garder la France dans la trajectoire des accords de Paris. Premièrement, parce que vous considérez qu'il y a des mesures qui sont trop impopulaires et que ça va faire les gilets jaunes, les bonnets rouges, etc. Et deuxièmement, parce qu'il y a des intérêts économiques qui sont puissants, qu'il y a une forme de porosité entre les intérêts politiques et les intérêts économiques. Je suis désolé, mais c'est quand même le cas. " » Paloma Moritz : « Aujourd'hui, ce qui est assez hallucinant, c'est de se rendre compte que le gouvernement, là, dans le plan qui a été présenté par Élisabeth Borne, les cinq grands chapitres de ce plan reprennent les groupes thématiques de la Convention citoyenne pour le climat. »


“ Quand on a des ministres qui nous parlent de cols roulés ”

Pierre Cazeneuve : « Bah oui. En même temps, c'est nous qui l'avons fait, donc on ne l'a pas repris. » Paloma Moritz : « Oui, mais c'est une occasion manquée, dans le sens où, si ces mesures avaient été mises en place il y a deux ans, peut-être que la crise énergétique aujourd'hui ne serait pas aussi importante. Et cette crise énergétique, elle pèse en premier lieu sur les plus démunis. C'est ça, le problème. Et la Convention citoyenne pour le climat, justement, avait proposé des mesures de justice sociale. Et le gouvernement ne prend pas en compte la justice sociale dans ses plans. Quand on parle de plan de sobriété énergétique, excusez-moi, mais en fait, il y a très très peu de mesures ciblées. Il y a très très peu d'accompagnement des ménages. C'est un problème. Quand Teïssir parlait des cols roulés, quand on a des ministres qui nous parlent de cols roulés ou qui découvrent les innovations que constituent des étendoirs, les citoyens ont un peu l'impression qu'on leur crache au visage. Et d'une certaine manière, c'est eux qui portent des cols roulés depuis des années, l'hiver. Enfin voilà, c'est juste ça, quoi. »


“ Taxez les riches ! ”

Teïssir Ghrab : « Est-ce qu'on a besoin des jets privés ? Est-ce qu'on a besoin de taxer le kérosène ? Oui. Est-ce qu'on a besoin de taxer les super-profits ? Oui. Et du coup, je pense qu'on ne peut pas imposer des choses aux gens sans, en fait, demander à ceux qui sont actuellement en train de brûler la planète, rien. On ne leur demande rien. Et donc, du coup, comment vous voulez faire accepter des choses ? » Laure Adler : « On les encourage. » Teïssir Ghrab : « Voilà, on les encourage, on dit : " S'il vous plaît, ça serait bien que vous fassiez ça. Mais bon, on ne vous pousse pas, on vous le dit gentiment. " En fait, à la fin, c'est exaspérant. Non, mais moi je suis exaspérée, en fait, de ce truc-là. » Cyril Dion : « Bah oui, je crois qu'on est tous exaspéré. » Teïssir Ghrab : « Taxez les riches ! Je veux dire, c'est simple. C'est hyper simple. » Pierre Cazeneuve : « Malheureusement, ce n'est pas aussi simple. Parce que si c'était simple... Non, mais je vais vous répondre. » Teïssir Ghrab : « Bah si, c'est simple. Je veux dire, le 49-3 pour faire passer une loi, c'est simple. »


Partager cette page