ENVIRONNEMENT

Publié le 16 février 2022

Crédit vidéo : A. nationale

Source : http://assemblee-nationale.fr/

«Jadis vous étiez sensible, une fois nommée, plus rien» Une ministre se fait sermonner en pleine commission

Mathilde Panot, députée, intervenait lors de la Commission du développement durable à l'Assemblée nationale ce mercredi 16 février 2022.

«Vous avez choisi la voie du silence et de la dissimulation»

Mathilde Panot: «Merci madame la présidente, dommage que nous n'ayons que 2 minutes face au discours bilan de madame la ministre, parce que oui, Madame la ministre, vous avez oublié des épisodes importants : le retour des néonicotinoïdes, le CETA et autres traités de libre-échange, le mensonge sur le glyphosate, ou encore la médaille d'or de suppressions d'emplois qu'a connu votre ministère, mais je passe ! Madame la ministre, vous saviez et vous n'avez rien fait. Oui, vous saviez que de graves problèmes de sûreté touchant la centrale de Tricastin avaient été dissimulés à l'Autorité de sûreté nucléaire. Vous saviez que Hugo, lanceur d'alerte, était harcelé par sa hiérarchie pour avoir signalé des dysfonctionnements systémiques. Oui, vous saviez que la centrale avait été inondée sur trois niveaux, obligeant les travailleurs sur place à écoper avec un aspirateur et des raclettes empruntées à un prestataire extérieur. Vous saviez tout cela, Madame la ministre, car vous aviez reçu Hugo à votre ministère le vendredi 30 juillet 2021. Qu'a-t-il été décidé à la suite de cette réunion tenue secrète? Rien. Vous auriez pu saisir le procureur de la République en vertu de l'article 40 du code de procédure pénale, mais vous aussi, avez choisi la voie du silence et de la dissimulation.

«Jadis vous étiez sensible, une fois nommée, plus rien»

Mathilde Panot: «Vous saviez et vous n'avez rien fait. Probablement pour ne pas gêner les lubies du président de la République. À Belfort, c'est le fait du prince : le président nous engouffre dans le tout-nucléaire, sans plan, ni étude d'impact. Avant d'être ministre, vous étiez favorable à un débat démocratique sur le nucléaire. Vous tiriez les conclusions du fiasco de l'EPR de Flamanville. Jadis, vous étiez sensible au sort des sous-traitants du nucléaire. Une fois nommée, plus rien. L'ADEME souligne dans un rapport qu'il n'y a aucune nécessité de construire de nouveaux EPR. Votre gouvernement l'a soigneusement censuré. Votre ministère prépare un rapport sur la gestion des déchets radioactifs. Disparu. Pas un mot sur les déchets radioactifs alors que les piscines de stockage de la Hague sont presque pleines. Où allez-vous les entreposer? Mais surtout, Madame la ministre, si vous êtes incapable de garantir la sûreté des centrales existantes. Comment croire que vous pourrez garantir celle des 14 nouveaux EPR annoncés par l'apprenti sorcier Macron? Et je terminerai par ça : il suffirait d'un accident dans un seul réacteur pour condamner la France, assumerez-vous alors d'être la ministre d'une catastrophe nucléaire?»



Partager cette page