ENVIRONNEMENT

Publié le 21 novembre 2022

Crédit vidéo : France TV

Source : https://france.tv/

Stupeur sur le plateau : « La voiture électrique est un désastre social et écologique ! »

Le journaliste François-Xavier Pietri était l'invité de l'émission « C à vous » diffusée ce lundi 17 octobre 2022 sur France 5.


“ Vous avez à la fois un désastre social et un désastre écologique. ”

François-Xavier Pietri : « La voiture électrique en elle-même, bon, OK, elle n'émet pas de CO2, ou très peu. Elle en émet quand même parce qu'elle use plus de pneus que les autres, ça pèse plus lourd. Mais en amont, vous avez la production, l'assemblage des batteries. Alors là, vous avez à la fois un désastre social et un désastre écologique. Désastre social : le cobalt est produit à 80 % au Congo, quatrième pays le plus pauvre du monde. Les ONG le disent : vous avez 40 000 enfants qui sont payés 1 dollar par jour pour aller porter le cobalt, et leurs parents, 200 000... Voilà. Donc le cobalt, c'est un problème. Le lithium, c'est aussi un problème. Pour faire une tonne de lithium, il faut 1 million de litres d'eau. J'ai fait de calcul : pour faire une batterie, il faut la consommation de 500 personnes pendant un an d'eau pour faire une batterie. Les terres rares, 80 % des terres rares détenues par les Chinois. On se dit : mais... » Anne-Élisabeth Lemoine : « Emmanuel Macron, il promet de développer les mines de lithium en France. » François-Xavier Pietri : « C'est impossible. » Anne-Élisabeth Lemoine : « Ah oui ? » François-Xavier Pietri : « Moi je dis que c'est... » Patrick Cohen : « À court terme, mais il y a des ressources, on sait qu'il y a des ressources. »


“ Le prix de la voiture électrique. ”

François-Xavier Pietri : « Il y a des ressources. Mais pourquoi je dis que c'est impossible ? À cause du choc écologique que ça représente. On va, au moment où l'on parle de sécheresse dans notre pays, aller consommer des millions de litres d'eau pour transformer de la saumure en lithium ? Ce n'est pas possible. Politiquement, c'est impossible à vendre. Je n'y crois pas du tout, moi. » Anne-Élisabeth Lemoine : « C'est pas tellement le principe de la voiture électrique qui vous inquiète, c'est la marche forcée pour y parvenir. C'est ça, surtout ? Dans le temps imparti ? » François-Xavier Pietri : « Déjà, 13 ans, c'est rien pour une bascule aussi importante que celle-là. Une bascule sociale, une bascule sociétale. On va en parler... » Patrick Cohen : « Même 7 ou 8 ans, puisque les constructeurs se sont engagés à faire du tout-électrique en 2030. » François-Xavier Pietri : « En 2030, ça y est. On n'a pas parlé de l'aspect sociétal, mais le prix de la voiture électrique... » Anne-Élisabeth Lemoine : « C'est ça, surtout, c'est trop cher pour l'instant. » François-Xavier Pietri : « Mais, pour l'instant, et ça le restera. » Anne-Élisabeth Lemoine : « Pourquoi ? » François-Xavier Pietri : « Alors, c'est trop cher pour l'instant... Je vais vous donner juste un chiffre. Une Zoé au prix catalogue, Zoé électrique donc, c'est 32 000 €. Une Clio essence, c'est 17 000 €. »


“ Les constructeurs gagnent beaucoup d'argent avec l'électrique. ”

Anne-Élisabeth Lemoine : « Mais plus on va en produire, plus le prix va baisser. » François-Xavier Pietri : « Non, parce que justement, toute la valeur de la voiture électrique est dans la batterie. Et la valeur de la batterie, elle est où ? Elle est dans le cobalt, elle est dans le lithium et elle est dans les terres rares. C'est aussi simple que ça. » Anne-Élisabeth Lemoine : « Donc c'est incompressible ?! » François-Xavier Pietri : « Donc c'est incompressible. Les ressources en cobalt, elles ne sont pas infinies. Le lithium, c'est pas infini. » Anne-Élisabeth Lemoine : « Malgré les aides de l'État, puisque là on nous promet un bonus de 7 000 € pour aider les familles les plus modestes à passer à l'électrique. Ça ne suffira pas ? » François-Xavier Pietri : « Ça peut aider, évidemment que ça va aider, mais ça cache la réalité des choses, ça cache la réalité du prix d'une voiture électrique. Les constructeurs, d'ailleurs, eux, gagnent beaucoup d'argent avec l'électrique, il ne faut pas s'y tromper. Quand on voit les résultats de Stellantis, ils ont explosé. » Patrick Cohen : « 12 milliards. » François-Xavier Pietri : « Mais oui, 12 milliards. Donc attention, les vrais dégâts, c'est pas ceux des constructeurs, c'est ce qu'il y a autour : ce sont les PME, les gens qui fabriquent, les petites entreprises dans la vallée de l'Arve qui fabriquent aujourd'hui des embrayages, des pots d'échappement, ceux-là sont morts. Les garagistes ! Moi, mon garagiste, il me dit : " Les gens qui ont acheté de l'électrique, ils reviennent me voir pour prendre le café, mais ça ne me fait pas vivre. " » Patrick Cohen : « Et les pompistes, les stations-service, à terme, aussi. »


Partager cette page