POLITIQUE

Publié le 23 février 2021

Crédit vidéo : BFM

Source : https://bfmtv.com/

François Ruffin sur BFM: «Un conseil occulte qui vient décider des mesures»

François Ruffin était en duplex durant l'émission «BFM Story» diffusée ce vendredi 19 février 2021 sur BFM.

«Ce n'est pas une mesure qui doit être banalisée»

François Ruffin: «Le couvre feu, par exemple, ce n'est pas une mesure qui doit être banalisée comme une routine. Bon et bien, il se perpétue et il est là pendant 4 mois et on entend dans l'entourage du président qu'il faut le normaliser. C'est une mesure exceptionnelle, peut-être qui répond à un état exceptionnel mais on ne peut pas la banaliser. Je vous rappelle que pendant l'occupation, il n'y a jamais eu de couvre-feu à 18 heures. Il était à 20 heures. Pendant la guerre d'Algérie, le couvre-feu était à 20 heures et il n'était pas 18 heures. Donc, c'est quelque chose d'absolument inédit dans notre histoire et il ne faut pas que cela se perpétue comme ça sans que ce soit tranché démocratiquement et sans qu'il y ait une discussion autour. Et ensuite, moi, la manière dont ça se décide avec le souverain qui vient nous dire dans 8 à 10 jours, on verra quel sera votre sort et moi, je continue à réfléchir dans mon coin avec mes petits conseillers, c'est une manière de faire qui est devenue inacceptable.»

«Le chef de l'Etat tout seul, avec un conseil occulte qui vient décider des mesures»

François Ruffin: «Pendant les premiers temps, sur le premier confinement, on était pris par surprise. Et là, on pouvait se dire bon et bien voilà, on agit dans l'urgence et on pouvait accepter cette manière de faire. Aujourd'hui, que ce soit le chef de l'Etat tout seul, avec un conseil occulte qui vient décider des mesures qui seront prises pour les étudiants, pour le sport des enfants, pour les commerçants ou notre voisin, à côté là qui fait de la sono et de l'éclairage qui dit : " Bon et bien voilà, pour moi, ça ne peut plus durer. Je ne peux plus tenir. Est-ce que je dois mettre la clé sous la porte ? Je suis en train de bouffer ma trésorerie malgré les aides que je reçois ". Ça ne peut pas être des décisions qui reposent entre les seules mains du souverain. Donc, en fait, là, pour moi, il y a une absence de stratégie. Il n'y a pas de lumière qui est allumée dans le tunnel. Et pour moi, ça, c'est lié à une absence de discussion démocratique avec les acteurs qui pourraient être directement concernés.»

«Un tiers disent avoir des idées suicidaires»

François Ruffin: «Les mesures qui sont prises depuis un an, à quoi ça conduit ? Ça conduit à ce que un jeune sur deux se dise inquiet pour sa santé mentale, un tiers disent avoir des idées suicidaires, à ce qu'on soit passé à 20 % de dépression dans la population. Donc ça, ça doit être mis en relation quand même avec un certain nombre de mesures qui pourraient être prises autrement, auxquelles il faudrait réfléchir collectivement. Et là, on est dans le zéro imagination. Il n'y a plus de raison que tout le pouvoir soit laissé entre les mains d'un état-major qui, en plus, ne sait pas ce qu'il fait, qui prend des décisions inefficaces, il faut quand même le rappeler, sur les masques, sur les tests, sur les vaccins. Il n'y a pas de stratégie vaccinale là, par exemple, aujourd'hui, on pourrait nous dire à partir de quel pourcentage de la population française vaccinée c'est bon, on peut se relâcher comme ils disent ? Non, ça ne nous est pas du tout dit. Est-ce qu'on peut nous dire pourquoi on n'utilise pas la licence d'office ? Pourquoi on n'utilise pas la réquisition pour produire en France davantage de vaccins plus vite ? Non, ce n'est pas du tout dit.»

«Entre les mains d'un seul homme»

François Ruffin: «Le seul outil qu'ils ont, c'est de se montrer comme des fauves face au citoyen en lui disant : " Ne sors pas après 18 heures, fais bien ton attestation ". Je pense à tous les gamins qui ne font plus de foot, qui ne font plus de hand, qui ne font plus de sport. Il y a des pubs sur votre antenne pour lutter contre l'obésité. Moi, je reçois des messages de personnes qui me disent : " Voilà, avant, j'allais dans les salles de sport pour perdre du poids. J'avais vaincu mon obésité et je suis en train de regagner du poids " . J'ai des messages de mères de famille qui me disent : " Je ne peux pu faire mes courses le soir à 18h parce que je dois directement récupérer mes gamins. Et donc, il faut que je me presse à les faire entre midi et deux alors que c'était mon temps de respiration " . Donc tout ça, ça doit être pesé et ça ne peut pas être laissé entre les mains d'un seul homme. Il faut que les gens puissent avoir des lieux de débat, des lieux d'expression, des lieux d'intelligence collective et que tout le pouvoir ne soit pas laissé, comme en 14 pendant 6 mois, entre les mains de l'état-major mais comme en 14, ensuite, la démocratie retrouve un peu d'ampleur pour se fixer des buts.»



Partager cette page