SANTÉ

Publié le 13 mars 2021

Crédit vidéo : Europe 1

Source : https://europe1.fr/

Certains steaks hachés de supermarché contiennent des matières fécales ? Un ex-cadre de l'agro tire à boulets rouges sur l'industrie

Christophe Brusset, un ex-cadre de l'indutrie agroalimentaire, était l'invité de Jean-Marc Morandini pour l'émission «Le grand direct de l'actu. Une émission qui a été diffusée le 17 septembre 2015.

«Certaines entreprises avec une moralité un petit peu douteuse»

Jean-Marc Morandini: «Vous parlez de crêpes, de cèpes, d'escargots, de moutarde qui proviennent en réalité de Chine et non pas de France. De piments indiens remplis de crottes de souris, de pâtes d'amande sans amandes, de confiture de fraises sans fraises, de mayonnaise, de ketchup, de sauce béarnaise recyclée.» Christophe Brusset: «Tout ce que je raconte dans le livre est vrai.» Jean-Marc Morandini: «Vous êtes un ancien cadre de l'agroalimentaire?» Christophe Brusset: «Oui, vingt ans d'expérience, ingénieur agroalimentaire. Et puis ensuite: ingénieur production, trader et acheteur.» Jean-Marc Morandini: «Tout ce que vous racontez, vous l'avez vu?» Christophe Brusset: «Je l'ai vu et je l'ai vécu.» Jean-Marc Morandini: «Ça veut dire que vous savez aujourd'hui ce qu'on mange vraiment quand on va acheter de la nourriture dans les supermarchés, par exemple. Et vous nous dites en gros, on vous roule, on vous arnaque.» Christophe Brusset: «Disons que j'ai eu la chance de travailler pour certaines entreprises avec une moralité un petit peu douteuse.»

«Même sous la torture, je ne mangerai de steak haché de supermarché»

Jean-Marc Morandini: «Vous avez donné une interview à Elle, par exemple, et vous dites: "Jamais, même sous la torture, je ne mangerai de steak haché de supermarché". Or, on mange tous des steaks hachés de supermarché, sauf les végétariens bien sûr. Voilà, on en a tous mangé. Pourquoi vous n'en mangeriez jamais?» Christophe Brusset: «Parce que je n'ai pas confiance dans la qualité. Parce que la plupart des fraudes et des scandales alimentaires touchent en réalité les produits bas de gamme et les produits premiers prix.» Jean-Marc Morandini: «Parce qu'il y a quoi dans ces steaks hachés?» Christophe Brusset: «Parce que vous avez des déchets, vous avez des minerais de viande.» Jean-Marc Morandini: «C'est quoi des minerais de viande?» Christophe Brusset: «C'est tout ce qui est viande séparée mécaniquement, en fait c'est ce que l'on appelle vulgairement de la raclure d'os. Donc, pour récupérer les derniers fragments de viande accrochés à l'os, on les frotte avec des espèces de vis sans fin métalliques qui récupèrent une bonne partie de l'os et du cartilage.»

«Quand on achète un steak haché, vous nous dites qu'il y a des matières fécales dedans»

Jean-Marc Morandini: «Vous parlez de cartilage, vous parlez de tissu conjonctif, de matière fécale.» Christophe Brusset: «Bien sûr. Mais en fait, toutes ces informations-là, c'est soit du vécu, soit des informations que j'ai pu récupérer dans les journaux.» Jean-Marc Morandini: «Non mais il y a des contrôles en France ?! Quand on achète un steak haché, vous nous dites qu'il y a des matières fécales dedans. Il y a des contrôles sanitaires en France ?» Christophe Brusset: «Oui, mais justement, quand on parle d'analyse et de contrôle, il faut bien savoir que vous n'avez pas d'analyses qui vous disent j'ai X pour cent de matière fécale dans le produit, ça n'existe pas. Il faut des marqueurs de ces matières fécales, comme par exemple des bactéries de l'intestin.» Jean-Marc Morandini: «Donc vous êtes certain que l'on mange ça quand on achète un steak au supermarché?» Christophe Brusset: «Pas à 100% mais il y a des risques en effet. Surtout sur les produits les moins chers.» Jean-Marc Morandini: «Qu'est-ce qu'il faut éviter à tout prix?» Christophe Brusset: «Moi, j'ai une dent particulière contre les produits chinois, parce que j'en ai acheté beaucoup pendant des années. Donc évitez un maximum les produits chinois. Le problème, c'est que très souvent, on vous masque l'origine. En règle générale, on ne vous met pas que le produit vient de Chine. Évitez les produits qui comportent des additifs à profusion.»

«La moutarde de Dijon, en général ça ne vient pas de Dijon»

Jean-Marc Morandini: «La moutarde de Dijon, par exemple?» Christophe Brusset: «La moutarde de Dijon c'est une recette, donc il faut savoir que le produit peut venir de n'importe où dans le monde, du moment qu'on respecte la recette de la moutarde de Dijon.» Jean-Marc Morandini: «Ça ne vient pas forcément de Dijon?» Christophe Brusset: «En général ça ne vient pas de Dijon. En règle générale, non.» Jean-Marc Morandini: «Les escagots de Bourgogne?» Christophe Brusset: «Ça vient en général de Turquie ou des pays de l'Est. L'escargot de Bourgogne c'est une variété, c'est un nom d'espèce. Helix Pomatia pour les intéressés.» Jean-Marc Morandini: «Vous parlez aussi de confiture de fraises sans fraises. Comment c'est possible?» Christophe Brusset: «C'est facile. La recette si vous la voulez pour l'expérimenter, c'est du jus de sureau concentré, sirop de glucose, fructose, pectine, gélifiant, acidifiant, un arôme fraise et puis des akènes de fraises, donc des petites graines de fraises que vous pouvez acheter en Italie, par exemple.» Jean-Marc Morandini: «Et on a le droit d'appeler ça confiture de fraises?» Christophe Brusset: «On n'a pas le droit, ça n'en est pas. Mais j'ai connu des entreprises qui le faisaient.»

«Du piment indien remplis de crottes de souris»

Jean-Marc Morandini: «Quand vous nous parlez, par exemple, de piments indiens remplis de crottes de souris. Là aussi, on se dit il y a des contrôles?» Christophe Brusset: «Mais des contrôles sur quoi?» Jean-Marc Morandini: «Sur le contenu? Sur ce que l'on nous vend?» Christophe Brusset: «Oui, on va vous contrôler le produit, en vous disant dans ce produit-là, il y a X pour cent de protéine, X pour cent de matières étrangères non identifiées. Et les crottes de souris seront dans cette matière étrangère non identifiée. On ne peut pas vous dire exactement ce que c'est, comment voulez-vous ?!» Jean-Marc Morandini: «Il y a eu le scandale, on s'en souvient, des lasagnes avec de la viande de cheval. Aujourd'hui, c'est fini c'est l'histoire, on est tranquille?» Christophe Brusset: «Pour la viande de cheval, probablement. Mais je pense que dans quelque temps vous aurez d'autres scandales sur d'autres produits. En même temps que les problèmes des lasagnes à la viande de cheval, on avait le scandale du Clenbutérol qui a fait aucun bruit.» Jean-Marc Morandini: «C'est quoi ça?» Christophe Brusset: «Le Clenbutérol c'est un anabolisant qui est utilisé pour traiter les chevaux. Vous aviez en Angleterre, par exemple, à peu près 9000 chevaux abattus par an. Et on s'était rendu compte qu'à peu près 500 à 600 carcasses de chevaux contenaient du Clenbutérol. Ces chevaux-là n'étaient pas consommés en Angleterre, ils étaient exportés en France, où ils étaient consommés. Et le Clenbutérol était recherché de manière aléatoire. Donc, on repérait chaque année 3 ou 4 cas. On pouvait les enlever, mais vous aviez à peu près 500 à 600 chevaux imprégnés qui étaient consommés.»



Partager cette page