SANTÉ

Publié le 30 mai 2022

Crédit vidéo : CNews

Source : https://cnews.fr/

Crise de l'hôpital : « Quel scandale ! Le gouvernement est responsable » Mathieu Slama

Mathieu Slama intervenait lors de l'émission « Face aux Infos » diffusée ce samedi 28 mai 2022 sur CNews

« Quelle honte pour la sixième puissance mondiale »

Eliot Deval : « L'hôpital, l'hôpital public à bout de souffle. Déjà 20 % des services d'urgences sont confrontés à une pénurie de soignants et la fermeture de lits. Comment se fait-il qu'on se retrouve dans cette situation après deux ans de crise sanitaire où tout le monde alertait sur le manque de soignants et le manque de moyens dans l'hôpital, et surtout, après le Ségur de la santé ? » Mathieu Slama : « Qui est responsable ? Enfin, le gouvernement. Enfin, je suis désolé, mais quelle honte pour la cinquième, peut-être sixième je ne sais pas, puissance mondiale, avec notre PIB, d'avoir 120 services d'urgences qui aujourd'hui sont en difficulté, d'avoir le CHU de Bordeaux qui ferme à 17 heures, et après 17 heures, les gens doivent trier les patients qu'ils acceptent ou non. Enfin, comment on peut accepter une telle situation ? Enfin, c'est effrayant ! Ça fait deux ans de crise sanitaire, deux ans pendant lesquels on n'a eu de cesse de rappeler, vous l'avez dit, la gravité de la situation de l'hôpital. »

« Mais quel scandale ! »

Mathieu Slama : « Tout l'argent qu'on a perdu en faisant les mesures les plus liberticides qui soient, les plus graves qui soient, les plus attentatoires à l'état de droit qui soient : les confinements, les couvre-feux, les passes ou que sais-je, etc., les fermetures de lieux, etc. Tout cet argent qu'on a perdu alors qu'on aurait pu, au contraire, justement – le " quoi qu'il en coûte ", vous en parliez –, le mettre dans l'hôpital : mais quel scandale ! Et l'autre scandale de cette histoire, c'est les soignants. Je veux dire, il y a encore des milliers de soignants qui sont suspendus et le gouvernement refuse de les réintégrer. J'entendais récemment Mathias Wargon, le médecin de plateaux, hier, je crois, dire : " Il ne faut pas réintégrer les soignants, ça serait un mauvais signal. " Mais enfin, je veux dire, on marche sur la tête ! Il y a en France un droit du travail, il y a des règles de base qui ont été complètement bafouées et elles continuent d'être bafouées encore aujourd'hui avec des soignants qui pourraient aider. Alors évidemment, ce n'est pas la solution, évidemment, mais à court terme, on n'a pas mille solutions qui pourraient aider, et on les refuse. »

« La question de l'hôpital, on n'en parle pas ? »

Mathieu Slama : « Donc le responsable, c'est le gouvernement, et la crise à laquelle on est en train d'assister, elle n'est pas finie, parce que ce n'est pas... Le plan santé du gouvernement, pardon, mais pour l'instant, je n'en vois pas. Est-ce que vous avez vu la ministre de la Santé nouvelle, Brigitte Bourguignon, s'exprimer vraiment en profondeur sur ce sujet, à faire des annonces fortes ? Moi je ne l'ai pas vue. » Eliot Deval : « La difficulté, c'est que pendant les quinze prochains jours, il y a le devoir de réserve. Et de toute manière, avec les élections législatives, il va falloir attendre, maintenant, trois semaines. » Mathieu Slama : « Bah non, Élisabeth Borne nous a dit que là, elle avait des priorités sur le pouvoir d'achat, etc. Formidable ! Le gouvernement découvre l'importance du pouvoir d'achat dans cette campagne des législatives. Très bien pour eux. La question de l'hôpital, on n'en parle pas ? Enfin, moi je suis absolument choqué par ça. »



Partager cette page