SANTÉ

Publié le 20 mars 2021

Crédit vidéo : LCI

Source : https://lci.fr/

Le Pr Toussaint sans détour: «On n'a pas fait la preuve de l'efficacité du confinement»

Le professeur Jean-François Toussaint était l'invité de l'émission «LCI Midi» ce jeudi 19 mars 2021.

«L'efficacité du confinement dans sa version de week-end, on n'a pas vu d'efficacité»

Adrien Borne: «Comment vous percevez tout cela ? On vient de voir que selon nos informations, on nous dit qu'il faut faire du spécifique, du cousu main pour l'Ile-de-France, est-ce que cela a le moindre sens pour vous ?» Pr Toussaint: «Et bien écoutez, on comprend la perplexité des acteurs actuels dans ce débat puisque jusqu'à présent, on n'a pas fait la preuve de l'efficacité du confinement dans sa version de week-end, on n'a pas vu d'efficacité sur le confinement national et ce que l'on constate au bout d'un an, par exemple, entre l'Espagne, qui a eu un confinement très dur au printemps dernier, la Suède qui n'a pas confiné du tout, et la France, qui hésite entre de multiples options et qui se redonne rendez-vous tous les quinze jours pour ne pas savoir ce qu'elle décide, finalement au bout d'un an, les trois pays arrivent à peu près au même taux de mortalité 1400/1350.

«Il n'y a pas eu de surmortalité en février 2021, nous sommes revenus exactement au niveau de 2019»

Adrien Borne: «Tout cela se confond alors que les stratégies ont été totalement différentes. Donc, on voit bien que le virus ne respecte absolument aucune de nos réflexions, aucune de nos prédictions, que les prophètes qui nous annoncent l'apocalypse depuis le mois de janvier, et vous vous souvenez de ces exponentielles qui, tous les 15 jours, devaient s'accumuler sur les nôtres, quand on regarde les courbes de mortalité, l'Insee les a publiées hier, il n'y a pas eu de surmortalité en février 2021, nous sommes revenus exactement au niveau de 2019. En Ile-De-France, par ailleurs, la mortalité a eu son pic en novembre et depuis, nous sommes à une diminution. Il n'y a pas de mouvement significatif dans les huit départements d'Ile-de-France. Ce n'est pas nouveau, je vous donne les chiffres actuels.»

«C'est un débat qui consiste à trouver la clé de la gestion des réanimations et des réanimateurs»

Adrien Borne: «Même si chaque mort est évidemment un mort de trop face à cette épidémie, mais professeur Toussaint, vous dites que, par exemple, s'interroger même sur l'hypothèse d'un reconfinement est une mauvaise interrogation. Ce n'est pas aller dans le bon sens ?» Pr Toussaint: «Bien sûr, puisqu'on n'a toujours pas la démonstration de cette efficacité. Vous avez vu que la littérature internationale, vous même, avait montré cette très belle étude de Ioannidis, nous avons publié également de notre côté un certain nombre des éléments qui montrent que ce confinement et l'intensité du confinement n'étaient absolument pas associés à la mortalité finale au bout d'un an. C'est un débat qui consiste à trouver la clé de la gestion des réanimations et des réanimateurs.»

«On voit qu'on ne serait absolument pas là si les 12.000 lits qui avaient été promis le 27 août 2020 avaient été mis en place»

Pr Toussaint: «Ce n'est plus un débat pour interrompre l'ensemble de la vie de 67 millions de Français. Il faut voir ce qu'a fait, par exemple, la présidente de la région, la semaine dernière, en disant, je mets le prix maintenant pour avoir 500 lits de réanimation supplémentaires d'ici le mois d'avril pour ne pas confiner ma région. Et bien voilà ce qui aurait dû être fait depuis un an. Voilà ce qui avait été demandé à corps et à cri depuis douze mois, sur lesquels on sait que pour aller à la guerre, il faut une logistique qui permette d'établir les capacités de réaction et ensuite de développer la stratégie vaccinale à mesure que cette production vaccinale se fait. Mais en tout cas, sur la prise en charge, on voit qu'on ne serait absolument pas là si les 12.000 lits qui avaient été promis le 27 août 2020 avaient été mis en place et dans les mois qui suivaient.»



Partager cette page